Contactez-nous instagram twitter facebook courriel
La revengeance des duchesses

PHOTOS

Votez pour votre duchesse!

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Anouchka

Aéroport

Conseils d’espionne (numéro de lancement)

À la demande générale – bon, OK, peut-être juste à la demande de Mickaël (ou Karine? Je les mêle toujours, ces deux-là…) – voici le texte de mon numéro de lancement.

27718438_10156053487845917_1398332397_n

Crédit photo : Daniel Tremblay

Présentation :
La prochaine duchesse a été recrutée depuis sa plus tendre enfance pour suivre une exigeante formation à la solde de l’Organisation. Elle fabrique des bombes fumigènes et décrypte les petits mots des contrats pendant que de la main gauche elle conduit un yacht qui fuit une armée mongole. On l’a surprise suspendue au plafond d’un hôtel de Dubaï et elle a pris la fuite en deltaplane. Elle a infiltré la Revengeance et brigue maintenant la couronne, la duchesse de l’Aéroport : Anouchka!

Mesdames les Duchesses, mon message s’adresse à vous. Vous qui accédez maintenant à la notoriété et à la monarchie, laissez-moi vous faire part de mon expérience. Vous croyez probablement que les hommes de la haute société sont plus civilisés. Oh que non!

Mesdames, en ces temps d’inconduites sexuelles, vous vous devez d’être fière, forte et autonome. Voici donc quelques conseils d’auto-défense version Revengeance.

Si vous vous retrouvez coincée dans un endroit restreint avec un individu aux mains longues et aux dents pointues, criez!

Vous pouvez opter pour le cri strident habituel, mais je vous dirais que tant qu’à y aller, profitez de la tribune :

À bas le capitalisme sauvage!

Fuck Trump!

Je préfère le beurre!

Une femme qui s’affirme, généralement, ça fait fuir!

Si l’importun ose y aller d’une main aux fesses, Mesdames, ne vous gênez pas, pétez!

L’homme de ce genre a tendance à croire que la femme n’est que douceur et fleurs. Un fumet bien odoriférant lui fera ramener ses doigts sur sa cravate à pois.

Un jour que je revenais de mission entre Québec et Montréal sur le top d’un truck, un individu a profité de mon étourdissement pour tâter la rondeur de mon arrière-train.

Encore aujourd’hui juste ma vision lui donne un haut-le-cœur en souvenir de mon odeur.

Les hommes aiment bien aussi discuter de leurs engins de guerre. Alors que j’étais avec Berlusconi et qu’il me disait de long en large combien il en avait une longue et large, je lui coupai sec l’élan en lui faisant un résumé de ma capacité à faire une vasectomie avec mes dents et deux bouts de ficelle. Ça lui a passé.

D’ailleurs à ce sujet, plusieurs me demandent si j’ai eu des contacts avec Trump. Lorsque l’organisation s’est posé la question sur cette mission, elle a préféré envoyer ma collègue Melania. Elle a plus d’un tour dans ses rallonges.

Il se peut que le danger se pointe dans un lieu isolé où crier serait inutile. En 1998, alors que je traversais un terrain vague, trois ninjas en état d’ébriété ont surgi de nulle part.

Est-ce que j’ai eu peur? Pfff!

Je leur ai mis de la poudre aux yeux.

– Anouchka au groupe K : les gars, ne tirez pas tout de suite, ça fait longtemps que je ne me suis pas battue!

Ils ont feint être appelés par leur mère et ont tourné les talons.

Peu importe de quelle façon la situation se présente, que vous soyez accrochée sous un quai ou marchiez à Place Laurier, l’important est de vous faire entendre, avec aplomb, avec panache!

Et n’oubliez pas… À toute offense, il y aura Revengeance!

Mission de la Revengeance, jour 2

Québec, Quartier de l’Aéroport, le 2 février de l’année en cours

Cher journal,

Ça y est, c’est fait, j’ai infiltré la Revengeance. Ils n’y ont vu que du feu. Mon premier défi n’était pas là où je l’attendais. Être espionne à la solde de l’Organisation est maintenant chose facile pour moi. Depuis, on m’a même assigné deux apprenties. Mais être espionne ET duchesse tout en veillant à la sécurité des padawan relève du tour de force. Porter la tiare et la robe de soirée nuit à l’incognito. On s’attend à ce que je sourie et sois délicate, alors que j’ai plutôt l’habitude de neutraliser la menace. Difficile de lancer des fléchettes avec le reflet du diadème. L’Organisation en demande beaucoup à ses trentenaires.

Crédit : Anouchka

Crédit : Anouchka

Les apprenties voient elles-mêmes l’ampleur de la tâche qui les attend. Elles observent mes moindres faits et gestes dans leur apprentissage. J’ai peur qu’elles se fassent démasquer. Elles ont le regard audacieux et refusent quelques conventions sociales.

Au moins, avec la Revengeance, j’ai finalement compris que je peux kicker la tiare et faire des garrots avec la robe longue. C’est un souci de moins. Je plains celles qui doivent porter jupes et talons à cœur de journée. Ça nuit à la course. Peu importe laquelle. On m’a parlé d’un plafond de verre. Il suffit pourtant de mettre des crampons pour l’escalader. C’est sûr que ça peut gâcher le sourire et le maquillage. Pourquoi, bordel, faut-il toujours sourire?

À demain, si Dieu le veut.

A.

Mission de la Revengeance, jour 1

Québec, Quartier de l’Aéroport, le 1er février de l’année en cours

Anouchka

Anouchka

Cher journal,

Voilà quelques années déjà que je me suis infiltrée dans le quartier de l’Aéroport, toujours à l’insu des compatriotes. Chaque jour, je fais ma tournée et j’en apprends davantage. Au sud de chez moi, il y a un coin de rue où se rencontrent Jean-Gauvin et Jules-Verne. Mes observations m’ont menée à constater que, plus loin, ils iront rejoindre Legendre. C’est pourtant loin d’être deux mille lieues sous les mers. Ils ont probablement trop d’ambitions.

Pendant leur rencontre, moi, je suis au rouge. J’aimerais mieux le boire, mais non, je l’attends. Ce rouge, je l’attends tous les jours.

Heureusement, celui-ci n’est qu’un petit stop dans ma quête. Le vrai rouge, c’est avec Charles-Albanel que ça se passe. Il se tient toujours près de l’Hétrière, très prévisible. Évidemment, c’est un obstacle chaque fois que je vais rencontrer Paillard. Paillard, tu te souviens, ce Français toujours prêt à échanger sa baguette et ses miches contre quelques dollars. Je sais qu’il sévit ailleurs dans la ville, mais ici, dans Champigny, il œuvre surtout auprès des petites mères, prêtes à tout pour donner le meilleur à leurs rejetons.

Non loin de là, à quelques enjambées, à 9 h plus au nord, il y a Jean Coutu. Lui, c’est les narcotiques. Une figure importante dans le domaine. Il est tout près du Subway, il a pensé à tout.

Intersection

Crédit : Anouchka

Ma mission d’aujourd’hui m’amenait à me concentrer sur Jules-Verne. Je l’ai donc suivi. Je me suis servie des Floralies pour rester à l’ombre, incognito, et le parc Kiwanis m’a offert un endroit pour reprendre mon souffle. Sur le chemin, j’y ai croisé quelques figures importantes, mais je n’ai pu m’y attarder. Je déteste manquer de telles occasions. Au final de cette filature, il s’est rendu chez un certain Archibald rencontrer Duplessis, le gars de l’autre fois. Ils brassaient quelque chose, ça se sentait…

Je n’ai pas pu savoir de quoi il en retournait. J’y reviendrai, assurément.

Pour tout de suite, je prends la route de l’aéroport, le temps me presse. Prochain défi : infiltrer la Revengeance…

À demain, si Dieu le veut.

A.

Aéroport

Crédit : Anouchka

Merci à nos partenaires