Contactez-nous instagram twitter facebook courriel
La revengeance des duchesses

Je frencherais Félix Leclerc

Photo de couverture : Sébastien Girad Photographe

Bon, voilà, je vous ai déjà choqué avec mon titre. « Mais voyons, frencher Félix Leclerc!!! Elle a pas de bon sens, cette duchesse. C’est hard core, comme approche… et dire qu’elle provient de l’île d’Orléans… »

Ah la la! Eh oui, je sais, mais… Mesdames (ou Messieurs), cessez de refouler cette passion intime, artistique et charnelle pour cet artiste auteur-compositeur-interprète, poète, écrivain, animateur radiophonique, scénariste, metteur en scène et acteur québécois. Il est craquant un point c’est tout!

Mise en contexte

Certes, il est mort, mais pas tout à fait au cœur de notre communauté insulaire. En fait, il est partout dans nos maisons de pierre, près des clochers pointus, et on se surprend souvent à siffloter un air de P’tit bonheur.

Moi, chaque fois que je lis ses écrits, que j’entends sa voix ou que je l’aperçois en photo ou en vidéo (ouff), j’ai comme un frison artistique qui me shake la féminité comme gros rush de culture et de sex-appeal. Dire qu’il est décédé exactement cinq mois après ma naissance.

L’homme

Je frencherais Félix Leclerc!

Un regard sérieux, un sourire taquin et un rythme à tout casser. Il avait le mot juste et la prose infinie. Je ne peux m’empêcher de l’imaginer à accompagner mes longs bains, ici sur le chemin Royal, à Saint-Laurent. Il pourrait être là avec sa guitare et nous pourrions écrire, rire et chanter… Nus.

Ce qui est intéressant quand tu fantasmes sur un artiste mort, c’est que toute sa vie est écrite et disponible pour être savourée et découverte. Je trippe ben raide sur des photos de lui jeune et fringant et je voue littéralement un culte aux pattes d’oies et vestiges de fous rires qui se dessinent sur ses photos des années 50. Je trouve que sa peignure poivre et sel lui confère un air mature et profond (en fait, c’est peut-être juste que la photo est en noir et blanc, mais bon…).

Je dois toutefois avouer que ce que je préfère par-dessus tout, chez Félix Leclerc, c’est sa voix. Forte, portante, réconfortante qui communique les émotions, les histoires et les enjeux sociaux comme personne. Parfois, je rêve d’entendre une voix similaire lorsque je me promène au cœur de l’île au Familiprix, chez Spence ou encore au café La maison Smith à Sainte-Pétronille… Ce serait si beau, si inspirant… si renversant. Je pense que je frencherais cette voix-la!

Excusez-la (ou pas).

Merci à nos partenaires