Contactez-nous instagram twitter facebook courriel
La revengeance des duchesses

Modèle recherché

Québec, Quartier de l’Aéroport, le 8 février de l’année en cours

Cette semaine, je furetais tranquillement sur le blogue des duchesses du Carnaval. Je fais comme tout le monde, j’y vais pour les articles. Et c’est là que j’ai ressenti un malaise… Quelque chose clochait. La tête me tournait, je me sentais confuse… Je suis restée devant mon écran comme dans un brouillard…

Et bang! C’est là que j’ai réalisé que j’avais un problème. Un problème de taille. Un problème de TAILLE. Le Carnaval ne veut pas de mon cul. La ceinture fléchée boude ma culotte de cheval.

Puis j’ai eu un doute. Je me suis dit que le Carnaval n’oserait pas, que c’est fini ce temps où on sélectionnait les duchesses sur leur apparence physique. On mise maintenant sur la personnalité et l’esprit entrepreneurial, non? Je suis donc allée voir les critères de sélection sur leur site :

Être Duchesse est un grand mandat, et pour sélectionner les meilleures candidates, notre équipe cherche des jeunes femmes qui répondent aux critères suivants :

Critères de sélection

  • Être une femme âgée entre 18 et 35 ans.
  • Habiletés, charisme et aisance pour la communication.
  • Grande disponibilité, flexibilité et sens de l’engagement.
  • Qualités entrepreneuriales, leader et grand pouvoir de persuasion.
  • Bonnes culture et connaissances générales.
  • Valeur altruiste et communautaire (philanthropie).
  • Capacité à travailler en équipe sur un projet.
  • Bonne ambassadrice.
  • Excellente gestion du stress.
  • Festive et adepte de l’hiver! 

* Nous recommandons également fortement que vous possédiez une voiture ou que vous ayez accès à une voiture. 

Effectivement, aucun critère ne concerne l’apparence physique. Comment se fait-il alors que les duchesses soient toutes sur le même moule, à un dégradé de teinture près? Se pourrait-il que les seules candidates ayant de grandes qualités entrepreneuriales aient toutes la même grandeur de fond de culotte?

Moi qui possède pourtant une voiture…

Y’a nettement quelque chose qui cloche…

On dit que les duchesses servent de porte-étendard et d’ambassadrices du Carnaval. C’est louable. On propose aussi avec ce concept de donner une occasion en or à celles qui visent une carrière en communications. Superbe occasion, pour vrai. Avoir la chance de voir le dessous des coulisses, d’y apprendre au passage quelques trucs et de se faire un réseautage impressionnant.

Mais… pourquoi que des filles? Et pourquoi de jolies petites filles?

Parce que les femmes ont besoin d’un coup de pouce pour faire carrière? Les hommes vont réussir seuls, mais les demoiselles sans l’apport de gentils mentors n’y arriveraient pas?

Non… Pas en 2018?

Être un étudiant en communications, je me serais offusqué depuis longtemps de ce sexisme. Heureusement, je ne suis pas un étudiant en communications.

Se pourrait-il, et j’ose à peine le chuchoter, se pourrait-il que la vraie raison de la présence de ces jouvencelles soit toute autre? Je n’oserais jamais oser dire que ces femmes y sont uniquement pour le plaisir des yeux de ces messieurs. Ce serait très déplacé de ma part.

Je n’oserais pas.

Mais… quelque chose cloche toujours.

Pourquoi que des femmes et pourquoi en bas de 35 ans? À 36, on n’a plus assez de flexibilité? (Avant de crier à la blague de mauvais goût, allez revoir les critères énoncés plus haut!)

Je suis pourtant festive et adepte de l’hiver…

J’en reviens à mes grosses fesses.

Oublions le Carnaval et pensons à tous ces concours de « personnalité » féminins à travers le monde. C’est étrange comment la personnalité est fortement liée au tour de taille. Aucune finaliste de ces concours ne casse des noix de coco avec son postérieur.

Pourrait-on donc dire que tout le lard contenu dans la fesse de madame enlève candeur, brillance et charisme? Je ne le croirais pas.

À moins que là aussi, ce ne soit qu’une mise en scène pour donner le droit à des messieurs de se donner bonne conscience pendant qu’ils lorgnent dans le bikini en les faisant défiler?

Ça doit être le choc de ma découverte qui me fait parler comme ça. Je ne dois pas avoir toute ma tête.

Là encore, il y a quelque chose qui cloche. Toutes ces filles sont pareilles. Comme si les hommes n’aimaient qu’un seul modèle de femme.

Et pourtant…

Ce modèle unique de femme, modèle difficilement atteignable pour quiconque aime à temps partiel manger solide, on sait déjà qu’il est économiquement payant pour les industries qui misent sur le complexe féminin pour vendre. Les femmes sont connes, parfois.

Mais, se pourrait-il aussi que ce modèle, les hommes se le fassent entrer de force dans le fond de la gorge? À force de se faire dire quoi aimer comme femme jour après jour depuis la nuit des temps, ils auraient fini par le croire aussi? Les hommes sont cons, parfois.

Mais revenons à mes grosses fesses.

J’ai voulu être bonne joueuse et m’intéresser à l’entrepreneuriat des duchesses du Carnaval. Elles ont donc organisé UNE VIRÉE MAGASINAGE! Parce que tsé… ce sont des filles… On ne leur dira surtout pas ce qu’elles doivent aimer. Or donc j’ai voulu participer. Évidemment, il y avait des frais à débourser pour ALLER MAGASINER!

Et c’est là que j’ai réalisé que j’avais encore un problème. Le Carnaval ne veut tellement pas de mes grosses fesses qu’il n’y avait aucun magasin taille forte dans le lot! Bon, OK, l’un d’eux en avait un étalage, dans le fond, caché loin des regards.

Faites-moi accroire que Bonhomme habille du x-small, lui!

Aux organisateurs du Carnaval concernés, je vous salue bien bas…

raw

A.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Merci à nos partenaires