Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Île d’orléans

Je frencherais Félix Leclerc

Photo de couverture : Sébastien Girad Photographe

Bon, voilà, je vous ai déjà choqué avec mon titre. « Mais voyons, frencher Félix Leclerc!!! Elle a pas de bon sens, cette duchesse. C’est hard core, comme approche… et dire qu’elle provient de l’île d’Orléans… »

Ah la la! Eh oui, je sais, mais… Mesdames (ou Messieurs), cessez de refouler cette passion intime, artistique et charnelle pour cet artiste auteur-compositeur-interprète, poète, écrivain, animateur radiophonique, scénariste, metteur en scène et acteur québécois. Il est craquant un point c’est tout!

Mise en contexte

Certes, il est mort, mais pas tout à fait au cœur de notre communauté insulaire. En fait, il est partout dans nos maisons de pierre, près des clochers pointus, et on se surprend souvent à siffloter un air de P’tit bonheur.

Moi, chaque fois que je lis ses écrits, que j’entends sa voix ou que je l’aperçois en photo ou en vidéo (ouff), j’ai comme un frison artistique qui me shake la féminité comme gros rush de culture et de sex-appeal. Dire qu’il est décédé exactement cinq mois après ma naissance.

L’homme

Je frencherais Félix Leclerc!

Un regard sérieux, un sourire taquin et un rythme à tout casser. Il avait le mot juste et la prose infinie. Je ne peux m’empêcher de l’imaginer à accompagner mes longs bains, ici sur le chemin Royal, à Saint-Laurent. Il pourrait être là avec sa guitare et nous pourrions écrire, rire et chanter… Nus.

Ce qui est intéressant quand tu fantasmes sur un artiste mort, c’est que toute sa vie est écrite et disponible pour être savourée et découverte. Je trippe ben raide sur des photos de lui jeune et fringant et je voue littéralement un culte aux pattes d’oies et vestiges de fous rires qui se dessinent sur ses photos des années 50. Je trouve que sa peignure poivre et sel lui confère un air mature et profond (en fait, c’est peut-être juste que la photo est en noir et blanc, mais bon…).

Je dois toutefois avouer que ce que je préfère par-dessus tout, chez Félix Leclerc, c’est sa voix. Forte, portante, réconfortante qui communique les émotions, les histoires et les enjeux sociaux comme personne. Parfois, je rêve d’entendre une voix similaire lorsque je me promène au cœur de l’île au Familiprix, chez Spence ou encore au café La maison Smith à Sainte-Pétronille… Ce serait si beau, si inspirant… si renversant. Je pense que je frencherais cette voix-la!

Excusez-la (ou pas).

Ici, en février, la neige est rose comme chair de femme

En cas d’attaque de zombies, c’est de notre côté du pont que tu aimerais te retrouver. OK! Oui! Notre pont te fait peut-être peur… mais certainement pas autant qu’une armée de candidats élus de la CAQ, zombifiés, crinqués, criant BRAINNNNN… En fait, je crois que c’est peut-être bien pour cette raison que nous ne sommes pas tous réellement convaincus concernant le projet du troisième lien.

Bref, je réside à l’île d’Orléans, en plein cœur du garde-manger de la ville de Québec. Là où, dans une même journée, tu peux te bourrer la face de framboises, vivre un rush de sucre à la chocolaterie et virer une brosse sur du vin québécois. Il n’y a pas de plus bel endroit où vivre quand tu aimes profiter de la richesse des produits locaux.

Quarante-deux milles de choses tranquilles. L’île est baignée par le fleuve, d’un bout à l’autre. À marée haute, tu peux aller te baigner nu pis il y a peut-être personne qui va te voir. De toute façon, nous, les Orléanais, nous sommes du ben bon monde, chaleureux et ouvert d’esprit.

L’hiver venu, nous vivons sur nos réserves parce que nous sommes aussi un peu la chambre froide de la ville de Québec. En février, comme dirait Félix, la neige est rose comme chair de femme. Selon ma grand-mère, il n’y a rien de plus paisible que de faire un tour de l’île au lendemain d’un soir tempête en écoutant du Enya. Puis, arrive avril avec ses érables gorgés d’extases. C’est alors l’occasion de tout mettre, enfin, dans du sirop d’érable : œufs, crêpes, poils de chest… Bref, c’est le printemps, on se dégèle!

En conclusion, bien que parfois, le vent frais du fleuve porte une légère odeur de fumier, cette terre insulaire a toujours su faire fleurir le bonheur et lui faire faire des bourgeons. Terre inspirante pour des projets créatifs et patiente pour les moments de réflexion, l’île d’Orléans est un territoire fertile, riche, inspirant, qui fait rêver les gens d’ici et les autres qui ont peur du pont.

Soirée drôle et audacieuse

La duchesse de l’Île d’Orléans vous invite à sa soirée drôle et audacieuse, où elle offrira une performance hors du commun. Ça vaut un petit détour sur l’Île!

Quand : Samedi 2 février 2019, 20 h
Lieu : Microbrasserie de l’Île d’Orléans (2471, chemin Royal  Saint-Famille, Île d’Orléans)
Gratuit
Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/217713302516225/

La vengeance d’une duchesse sur la Revengeance des duchesses

(mais qui n’eut jamais lieu…)

Marjolaine Turcotte, duchesse de l’île d’Orléans 2018

Il y a plusieurs femmes extraordinaires qui habitent l’île d’Orléans. Mais il y en a une, pour qui j’ai beaucoup de respect et d’affection, dont j’aurais aimé vous parler. Une femme généreuse, impliquée dans son milieu. Une femme que j’admire à bien des égards. Une femme qui fut duchesse il y a quelques dizaines d’années pour le Carnaval, dont j’aurais aimé vous rapporter directement les paroles, l’expérience. Elle n’a pas voulu, craignant les critiques, les jugements, les commentaires désobligeants qui déferlent si facilement en ligne.

Je respecterai son choix, mais je vous partagerai ici MA perception du rôle des duchesses à la suite de la discussion que j’ai eue avec elle, et de l’influence que ce rôle pouvait avoir sur leur vie, au vu de son expérience personnelle.

Ce que j’ai appris, c’est qu’à une époque où les métiers/carrières qui s’offraient aux femmes se limitaient à peu près à enseignante, infirmière, secrétaire ou mère au foyer, être duchesse ouvrait des portes vers de nouvelles possibilités. Cette expérience renforçait leur confiance en elle, en leurs capacités.

Ce que j’ai appris, c’est que le rôle de duchesse, lorsqu’il était assumé par des femmes qui avaient grandi dans leur duché et étaient fières de leur quartier, était rassembleur. Au-delà de l’image, la duchesse devait toucher les gens, elle devait mobiliser les habitants de son duché. Elle apportait la fête aux gens parce que chacune (et chacun) se reconnaissait en elle.

Ce que j’en retiens, c’est que si, au fil du temps, le concept de « duchesse du Carnaval » avait su rester près des quartiers et des gens, et les représenter dans toute leur diversité, il aurait probablement mieux traversé le temps. Mais bon. Pour la diversité, il y a la Revengeance. #lavilleestànous

Merci, duchesse du Carnaval, d’avoir partagé ton expérience avec moi. Tu m’as appris et permis de nuancer mon opinion.

Lancement de la 10e Revengeance

Venez célébrer avec vos duchesses lors du coup d’envoi de la 10e édition de la Revengeance des duchesses! Des numéros spectaculaires, des rencontres extraordinaires, du plaisir à profusion! En plus, le groupe Melvis and the Jive Cats vous invite à rester après la cérémonie pour continuer le party! À ne pas manquer!

Quand : Vendredi 1er février 2019, 18 h (ouverture des portes à 17h)
Lieu : Le D’Auteuil (228, rue Saint-Joseph Est)
Gratuit
Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/537491640104246/

Bio

Andréanne Fémini-Bof, duchesse d’Orléans. Île d’Orléans. De retour dans son duché depuis juillet, Andréanne Fémini‑Bof d’Orléans est une jeune femme ayant l’engagement et le sourire facile. Pour elle, tous les moyens sont bons pour exprimer une idée, un rêve, une passion. Oscillant entre le monde rassembleur de la récréologie et l’univers créatif du monde artistique, cette duchesse aime changer le monde un rire à la fois. Burlesque, clown, humour, chant, poésie… elle multiplie les outils pour créer des univers rocambolesques à faire rougir de plaisir. Agente de changement, énergique, mélodramatique, organisée et fonceuse, Andréanne Fémini‑Bof croit avant tout à l’importance de la concertation et de l’unification des forces d’un milieu pour arriver à faire bouger des montagnes.

Merci à nos partenaires