Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Maison de la littérature

Prédestinée à devenir reine

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais tout au long de la Revengeance, j’ai parsemé mes articles de blogue avec des GIF de couronnes. Je vous explique maintenant plus en détail de quoi il s’agit.

J’ai les meilleurs collègues au monde. Ça, vous le saviez déjà.

Parce qu’on travaille comme des dingues pour offrir aux résidents du Vieux-Québec un service de bibliothèque de qualité ainsi qu’une programmation littéraire riche et variée, il nous arrive d’avoir des petites bulles au cerveau et de nous lancer des défis un peu farfelus. Ainsi, depuis l’ouverture de la Maison, dans nos temps libres, nous avons créé des œuvres à partir de légumineuses, écrit des poèmes sur les jeux Invictus, dessiné des comic strips sur l’année du coq de feu, sculpté des courges, cuisiné des pommes, photographié des vacances tombées à l’eau, envoyé des bouteilles à la mer et… confectionné des couronnes! La thématique de ce concours-ci était double : le Diamant (puisque notre directeur partait relever de nouveaux défis; plus sérieux, ceux-là) et la Revengeance (puisque je devrais porter chacune des couronnes à différents moments de l’événement).

Comme d’habitude, j’ai été absolument flabbergastée par le talent de mes collègues. Et je les remercie d’avoir créé ce prélude à mon couronnement (parce que nous savons tous que je suis prédestinée à devenir reine, Joe et Pierre l’ont dit).

Revoici donc, pour votre plus grand bonheur GIFique, lesdites couronnes :

La couronne « Haka » de Paul Bordeleau

 

La couronne « manèges en construction » de Nadia Morin

 

La couronne « un poème par jour » d’Alex Thibodeau

 

La couronne « d’Adam Carrier » d’Isabelle Moisan

 

La couronne « mange-moi » de Julie Veillet

 

La couronne « première femme cardinale » de Catherine Lefrançois

La couronne « chaud mouton » de Renée Roussel

Graffiti et autres fenêtres

LES MOTS-AIMANTS

En mars dernier, avec l’aide de mes collègues de la bibliothèque et de l’accueil de la Maison de la littérature, j’ai conçu un jeu de poésie aimantée. Des centaines de mots magnétiques recouvrent encore aujourd’hui les grands escaliers en colimaçon. Tous les jours, des gens s’y arrêtent, intrigués, lisent les phrases que d’autres ont laissées derrière eux, déconstruisent un poème pour ajouter le mot manquant à leur vers et s’amusent à créer de nouveaux agencements de verbes, d’adjectifs et de noms. Ils jouent. Ils écrivent. Et tout à coup le mur devient fenêtre ou miroir.

Quand on pense au Vieux-Québec, on pense inévitablement aux fortifications. Des centaines de mètres de pierre pour se défendre contre l’envahisseur. Ces murs n’ont aujourd’hui de valeur qu’historique, ne remplissant plus leur fonction de remparts. Mais d’autres murs menacent de s’élever dans le monde. Des murs bâtis par crainte de l’étranger. Des murs de haine et d’ignorance.

Québec la bienpensante, Québec ville de CHOI, vois-tu les murs que tu construis dans ta propre cour et qui t’empêchent de voir plus loin que ton carré de tourbe? Vois-tu la pierre et le mortier de ta bêtise?

#TAVILLE

Il faudrait pouvoir écrire sur tous les murs. Ceux de la ville comme ceux qui nous poussent dans la tête. Résister au précepte qui s’impose, à la majuscule et au point. Résister au sens premier du langage, et laisser jouer les mots librement. Se laisser surprendre par une syllabe, s’émerveiller d’un son. Sourire au miroir, ouvrir la fenêtre. C’est ce qu’ont fait des élèves du secondaire et des artistes en arts visuels avec #taville, un projet du Bureau des affaires poétiques où les mots s’intègrent à l’espace urbain sous forme de graffiti virtuel. Sur le site, une carte interactive permet de plonger au cœur de la ville de Québec et de la contempler autrement. Ici, par exemple, le théâtre du Capitole :

Dessin : Pishier / Texte : Laurie-Frédérik B.

Dessin : Pishier / Texte : Laurie-Frédérik B. / Source : http://taville.toutacouplapoesie.ca/

Pour découvrir le projet complet (qui s’étend même à d’autres duchés!), visitez le taville.toutacouplapoesie.ca.

Oui, je sais… j’ai parlé deux fois de mon travail. Mais c’est plus fort que moi, le blanc temple des Lettres, je l’aime d’amour, bon!

***

Les collègues du blanc temple des Lettres m’ont confectionné
une couronne pour chaque occasion!

Crédit couronne : Alex Thibodeau

Merci à nos partenaires