Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Portrait

J’hommage (faut pas attendre)

Aujourd’hui, j’hommage.

J’hommage une femme qui a accueilli à sa table les amis de ses enfants, pour une journée, ou pour quelques mois.

J’hommage une femme unique, originale, authentique, qui fait les choses à sa façon.

J’hommage une femme dont la résilience a été prouvée à maintes reprises.

J’hommage une femme qui a su faire beaucoup avec si peu. Qui a rendu mon enfance tellement riche que j’ai réalisé très tard qu’on était loin de l’être, riches.

J’hommage une femme qui m’a transmis sa créativité débordante, ses valeurs et sa sensibilité.

J’hommage une femme avec qui j’ai une complicité qui s’accroît et se bonifie au fil du temps.

Faut pas attendre que les gens qu’on aime soient partis pour leur dire qu’on les aime.
Faque maman, aujourd’hui, c’est à ton tour, de te laisser parler d’amour.

suzanneetmoi

Photo : Christyna Merrette photographe

 

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 5)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Un petit bonus : votre Dju-chesse est amie avec le président du conseil de quartier de Saint-Roch, alors une petite interview s’imposait.

Simon, président du conseil de quartier de Saint-Roch

conseilSR

Q- Pourrais-tu décrire brièvement le rôle du conseil de quartier ainsi que sa composition?

R- Le conseil de quartier est un organisme citoyen de la ville de Québec. Son but premier est de faire le lien entre les citoyens d’un quartier et l’administration municipale. Le conseil de quartier reçoit donc régulièrement le mandat de tenir des consultations et de donner son opinion. Ensuite, le conseil de quartier a un pouvoir d’initiative. Il peut décider de participer financièrement ou d’autres façons, à la réalisation de projets de nature locale.

Le conseil de quartier est composé de tous les citoyens d’un quartier. Son conseil d’administration est composé de huit citoyens élus, quatre hommes et quatre femmes, qui doivent obligatoirement habiter le quartier. Le conseil de quartier peut également coopter trois administrateurs supplémentaires.

Q- Quelles sont les conditions pour y participer et pour en être membre?

R- Pour être membre d’un conseil de quartier, il suffit d’habiter le quartier en question. Les membres sont invités à participer aux assemblées publiques du conseil d’administration, qui se tiennent chaque mois. Au printemps, tous les citoyens du quartier sont invités à l’assemblée générale annuelle afin d’assister à la présentation du rapport annuel et de voter pour la composition du conseil d’administration.

Q- Pourrais-tu donner un ou deux exemples concrets d’aboutissement du travail du conseil de quartier dont tu es fier?

R- Je dirais que la corvée annuelle de nettoyage du conseil de quartier est quelque chose qui me tient particulièrement à cœur. Aussi, je suis fier de la participation, autant humaine que financière, du conseil de quartier à une foule de petits et grands projets dans le quartier. Pour en nommer quelques-uns, l’exposition photo qu’il y a eu sur la façade de La Nef l’an dernier, les soirées cinéma dans le quartier, le projet Verdir Saint-Roch et tant d’autres à travers les années.

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 4)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Votre Dju-chesse est partie à la rencontre de ses amis vivant et travaillant dans Saint-Roch.
En voici les portraits.

HM

Q- Depuis combien de temps habites-tu le quartier Saint-Roch et qu’est-ce qui t’a fait y déménager?

R- J’y habite depuis juillet 2012, car c’est le quartier du centre-ville le plus dynamique, en vogue, jeune, etc.

Q- Ton entreprise/organisme se trouve également dans le quartier Saint-Roch. Pourrais-tu en faire une brève description?

R- Nurun Québec était une entreprise de conseil en informatique, pour des projets essentiellement gouvernementaux (applications Web, transformations organisationnelles, sécurité, etc.) avec des gestionnaires proches des collaborateurs. Elle a été récemment rachetée par CGI, une autre entreprise de conseil en informatique de Saint-Roch.

Q- Décris-moi une journée type pour toi dans le quartier Saint-Roch, ou des endroits où tu aimes aller ou que tu aimerais faire découvrir à nos lecteurs.

R- Aucune journée ne ressemble à une autre, donc je n’ai pas vraiment de journée type. ^_^ Je peux par contre dire que j’aime bien de temps en temps prendre mon déjeuner dans une brûlerie ou une boulangerie de la rue Saint-Joseph : Saint-Henri, Café Pékoe, Brûlerie Saint-Roch, Nektar, La Boîte à Pain ou Le Croquembouche. Pour le souper, c’est plus Bati Bassak, Tora-Ya Ramen, L’Affaire est ketchup ou Poutineville : les meilleures poutines de la ville. ^_^

Q- Que choisirais-tu de changer dans le quartier Saint-Roch?

R- J’avoue que pour le moment je trouve que notre quartier est assez complet. Certes, il y a quelques services qui n’y sont plus, comme le fleuriste, le poissonnier ou MEC, mais d’autres s’y installent, comme des réparateurs électroniques, l’école de danse, ou bientôt un centre communautaire plus au goût du jour.

Q- En dehors du travail, t’impliques-tu auprès d’organismes communautaires ou d’associations ou as-tu une passion que tu voudrais partager avec nos lecteurs?

R- Depuis cinq ans, je fais partie de la Ligue de Dodgeball de Québec, qui m’a énormément aidé pour mon intégration à Québec, en me permettant de côtoyer des personnes de tout âge et tout horizon, dans un cadre récréatif. C’est le moment de venir essayer durant les soirées libres avant la reprise de la saison en février. Pour plus d’infos, consultez dodgeballquebec.com.

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 3)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Votre Dju-chesse est partie à la rencontre de ses amis vivant et travaillant dans Saint-Roch.
En voici les portraits.

Dominique

Q- Depuis combien de temps habites-tu le quartier Saint-Roch et qu’est-ce qui t’a fait y déménager?

R- J’habite dans Saint-Roch depuis un peu plus de dix ans maintenant. Je vivais à Trois-Rivières quand j’ai obtenu un emploi à Québec et j’ai choisi Saint-Roch dès mon arrivée, ayant trouvé un appartement tout près du bureau! Depuis, j’ai déménagé trois fois, toujours dans Saint-Roch, et nous y sommes maintenant propriétaires.

Q- Ton entreprise/organisme se trouve également dans le quartier Saint-Roch. Pourrais-tu en faire une brève description?

R- Je travaille pour l’Université du Québec, au siège social, qui se trouve juste devant le jardin Jean-Paul-L’Allier (anciennement le jardin Saint-Roch). Nous travaillons pour les dix écoles, universités et instituts qui composent le réseau de l’Université du Québec, dont trois qui se trouvent dans le quartier : l’INRS, l’ENAP et la TELUQ. Dans mon cas, je travaille plus spécifiquement aux projets du réseau des bibliothèques.

Q- Décris-moi une journée type pour toi dans le quartier Saint-Roch, ou des endroits où tu aimes aller ou que tu aimerais faire découvrir à nos lecteurs.

R- Voici une fausse journée typique, recomposée à partir de vraies habitudes : Le matin, après avoir déposé junior à la garderie, je passe me chercher un cappuccino au Nektar avant d’aller au bureau. Le midi, je vais dîner à L’Ascenceur, avant de faire des courses à L’Inventaire, trouver un cadeau pour mon frère qui a tout. Avant de rentrer au bureau, je me ramasse un beigne au Saint-Henri. Ma journée de travail terminée, je passe faire les courses pour le souper : Eumatimi, Fromagerie des Grondines et l’Intermarché.

Q- Que choisirais-tu de changer dans le quartier Saint-Roch?

R- Il faudrait avoir plus de verdure. Par exemple, lors de la rénovation de certaines rues, il faudrait en profiter pour élargir les trottoirs à certains endroits et y mettre des arbres.

Q- En dehors du travail, t’impliques-tu auprès d’organismes communautaires ou d’associations ou as-tu une passion que tu voudrais partager avec nos lecteurs?

R- À l’échelle très locale, je participe à des corvées de nettoyage et d’embellissement du quartier, entre autres celles organisées par Bien Vivre à Saint-Roch. Sinon, avec mon conjoint, nous recueillons des fonds pour l’Hôpital Sainte-Justine, et depuis peu aussi pour le Centre Mère-Enfant du CHUL, lors d’activités où nous nous déguisons en personnages de Star Wars.

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 2)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Votre Dju-chesse est partie à la rencontre de ses amis vivant et travaillant dans Saint-Roch.
En voici les portraits.

Benjamin

Q- Depuis combien de temps habites-tu le quartier Saint-Roch et qu’est-ce qui t’a fait y déménager?

R- Ça fait maintenant quatre ans que j’habite dans le quartier. J’ai déménagé ici parce que ça correspondait parfaitement à ce que je cherchais : un quartier animé, central et accessible par bus facilement, proche de toute commodité et proche de mon travail.

Q- Ton entreprise/organisme se trouve également dans le quartier Saint-Roch. Pourrais-tu en faire une brève description?

R- Je travaille chez Ubisoft, qui est une entreprise de création de jeux vidéo. Donc concrètement, on part d’une idée, on rassemble des équipes de programmeurs, de designers et d’artistes pour en faire quelque chose de fun.

Q- Décris-moi une journée type pour toi dans le quartier Saint-Roch, ou des endroits où tu aimes aller ou que tu aimerais faire découvrir à nos lecteurs.

R- Je dirais qu’une journée type pour moi ça serait de partir le matin pour travailler. Je sors le midi pour aller me chercher à manger pour le dîner, généralement sur Saint-Joseph, et le soir je passe faire un tour à l’Intermarché pour mon épicerie. De temps en temps, j’arrive à caller un moment de détente avec des amis, que ce soit à la brûlerie ou à La Korrigane, ou encore un burger au Bureau de poste.

Q- Que choisirais-tu de changer dans le quartier Saint-Roch?

R- Il n’y a rien qui me vienne à l’esprit. Depuis le temps que je suis dans ce quartier, je ne pense pas avoir ressenti un manque ou un besoin par rapport à ce à quoi j’avais accès.

Q- En dehors du travail, t’impliques-tu auprès d’organismes communautaires ou d’associations ou as-tu une passion que tu voudrais partager avec nos lecteurs?

R- Une de mes passions est la photographie, et le quartier Saint-Roch est idéal pour ça! Que ce soit pour de l’urbain sur la rue Saint-Joseph et ses alentours, par exemple, ou bien le parc Victoria, qui est un sujet intéressant tout au long de l’année car il donne des sujets différents suivant les saisons.

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 1)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Votre Dju-chesse est partie à la rencontre de ses amis vivant et travaillant dans Saint-Roch.
En voici les portraits.

Josée

Josée

Q- Depuis combien de temps habites-tu le quartier Saint-Roch et qu’est-ce qui t’a fait y déménager?

R- J’ai emménagé dans le quartier Saint-Roch il y a 11 ans. Je voulais vivre la vie urbaine, dans l’espoir d’aventures, et par amour aussi.

Q- Ton entreprise/organisme se trouve également dans le quartier Saint-Roch. Pourrais-tu en faire une brève description?

R- Je travaille pour Dynagram, une entreprise technologique de création de solutions d’exécution, d’imprimerie et de procédés mobiles.

Q- Décris-moi une journée type pour toi dans le quartier Saint-Roch, ou des endroits où tu aimes aller ou que tu aimerais faire découvrir à nos lecteurs.

R- C’est l’aventure chaque jour… Des expos à la coopérative Méduse, ma boulangerie préférée pour son pain aux noix de Grenoble, les jeudis surprises à la Librairie Pantoute avec mon fils Noah pour acheter un livre…  Le petit café du dimanche à la place éphémère Jacques-Cartier… La course à pied sur le bord de la rivière Saint-Charles, et j’en passe.

Q- En dehors du travail, t’impliques-tu auprès d’organismes communautaires ou d’associations ou as-tu une passion que tu voudrais partager avec nos lecteurs?

R- Ma mission dans le quartier est plutôt simple : aider au quotidien l’aveugle à traverser la rue, prendre les sacs d’épicerie à Collette pour qu’elle ne puisse pas trop se fatiguer, faire des projets photos avec les travailleurs autonomes qui n’ont pas toujours les gros budgets pour se promouvoir.

Merci à nos partenaires