Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Revengeance 10

Top 10 des mauvaises raisons de ne pas participer à la Revengeance [en reprise!]

Cest l’heure du recrutement à la Revengeance. Nous avons remarqué que certaines aspirantes duchesses se retiendront de s’inscrire à cause de certains mythes tenaces! Ce top 10 des mauvaises raisons de ne pas participer à la Revengeance des duchesses vise à rassurer les candidates réticentes.

1– Je n’ai pas le temps.

D’un œil extérieur, les duchesses ont l’air jetset pendant la Revengeance : lancement, couronnement, tournée des bars, conférences, articles de blogue, etc. Vous vous demandez certainement comment elles font pour trouver le temps de tout faire. Dans les faits, la « duchesserie » exige un engagement réaliste. La principale tâche de la duchesse est d’alimenter le blogue de la Revengeance avec un minimum de quatre articles qui peuvent, bien sûr, être rédigés d’avance (pendant le temps des fêtes, si ça vous chante!).

La plupart des événements, pendant les deux semaines de la Revengeance, se déroulent en soirée. La seule journée complète où on vous réquisitionne, c’est le samedi 9 décembre 2017, pour le tournage des capsules vidéo et la séance photo. Pour avoir plus d’informations sur les dates, nous vous invitons à consulter le formulaire de candidature ici.

2– Je suis timide.

Vous trouvez qu’on a l’air extraverties sur nos photos de duchesses : c’est trompeur! La cohorte de la Revengeance 2017 peut en témoigner : sur neuf duchesses, les « duchs » 2017 étaient en majorité des gênées qui le cachent bien. Que vous soyez timide ou extravertie, la Revengeance est pour vous et une équipe entière sera là pour vous mettre à l’aise!

3– Je ne suis pas féministe.

Notre Reine-Mère, Marjorie Champagne, ne se disait pas féministe lors de la création de la Revengeance des duchesses, en 2010. Dans les faits, elle était une féministe née qui s’ignorait. Sait-on jamais, peut-être êtes-vous une féministe, au fond. Pour en savoir plus sur la démarche féministe de la Revengeance, nous vous conseillons de lire l’historique de la Revengeance des duchesses ainsi que ce billet de Mickaël Bergeron, duchesse de Limoilou 2017.

4– Je n’ai pas d’idées.

Avoir carte blanche pour écrire des articles de blogue peut être intimidant, mais on s’y habitue (parlez-en à d’anciennes duchesses). On vous encourage à visiter nos archives et à écumer les billets de blogue des années précédentes pour vous donner des idées. Libre à vous de produire des vidéos, des podcasts, des recettes, d’écrire des poèmes, de dessiner, de faire des entrevues, d’écrire des articles historiques, de danser le bacon au beau milieu de la rue.

5– Je ne suis pas de Québec.

La Revengeance cherche à élargir ses frontières, justement. En 2017, la Revengeance a sélectionné trois duchesses de la grande région de Québec (Portneufîle d’Orléans et Lévis), et en 2018 se sont ajoutées Maizerets, Neufchâtel et l’Aéroport. Les possibilités de duché sont infinies!

6– Je ne connais pas ça.

Ça tombe bien, on a une foire aux questions bien remplie!

7– Je ne suis pas assez cool.

On n’est plus au secondaire! Nul besoin d’être cool et branché pour participer. S’inscrire à la Revengeance est une expérience de groupe où toutes peuvent s’exprimer sans jugement.

8– Je suis trop vieille.

À la Revengeance, nous n’avons pas de limite d’âge : que tu sois une prof nouvellement retraitée, une fringante du Vieux-Québec ou une baby-boomer de Montcalm, le seul prérequis, pour être duchesse de la Revengeance, c’est d’avoir plus de 18 ans.

9– Je n’ai pas l’air d’une duchesse.

Tu peux être une duchesse barbue, être non binaire dans le genre, être queer, avoir les cheveux courts, être née avant la Révolution tranquille, être née ailleurs qu’au Québec, à la Revengeance, tout le monde a l’étoffe d’une duchesse. La « duchesserie » s’exprime dans la diversité!

10– Je n’aime pas mon duché.

À la Revengeance, certaines duchesses sélectionnées avaient une relation conflictuelle avec leur duché. Tenez-le-vous pour dit : vous n’avez pas à apprécier votre duché. Vous avez le droit de le critiquer, de souligner ses bons comme ses mauvais côtés!

DUCHESSE-TOÉ!

Merci à nos partenaires