Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Revengeance 2019

La dixième édition de la Revengeance des duchesses est terminée!

Photo : Julie DJU-chesse de Saint-Roch 2018

Ce vendredi 15 février, à la Brasserie artisanale La Korrigane, avait lieu l’événement de clôture de la Revengeance 2019, animé par Karoline Stanton, présidente de Diadème. Pour l’occasion, Anouchka Première, reine 2018, ainsi qu’Alix Paré-Vallerand et Émilie Rioux, reines 2017 et 2015, ont offert leurs souhaits à celle qui devait leur succéder. Les reines ont également profité de l’occasion pour adouber Karoline Stanton chevalière de la Revengeance.

Chaque duchesse a présenté un hommage à une coduchesse. Tantôt émouvants, tantôt drôles, les mots, les gestes, ont touché le cœur des destinataires.

C’était d’ailleurs l’un des messages lancés par Aaron Bass, joallier et designer des diadèmes et de la couronne 2019 : l’amour, projeté par les duchesses dans la grisaille de notre époque.

Don et partage

Comme annoncé précédemment, la personne ayant récolté le plus de votes en ligne a choisi un organisme à qui un don en argent sera fait après la soirée. Fre, duchesse du Vieux-Limoilou, a opté pour l’organisme Entraide Jeunesse Québec, dont le programme ViRAJ vise à prévenir la violence dans les relations amoureuses chez les jeunes.

Fre a cependant refusé le point d’avance que lui donnait le vote populaire.

Un bingo/tirage a servi à amasser le montant du don à Entraide Jeunesse Québec (120 $ au total, donc 60 $ à l’organisme et 60 $ au gagnant du bingo) et devait du même coup déterminer la reine de cette édition de la Revengeance.

Photo : Anouchka Première, reine 2018 de la Revengeance des duchesses

Or les duchesses 2019 ont plutôt choisi de partager la couronne : elles seront, ont-elles déclaré, sept reines.

La couronne se promènera donc de duché en duché au cours de l’année. Elle résidera d’abord chez la Reine-Mère, Marjorie Champagne, cofondatrice de la Revengeance des duchesses.

En fin de compte, au pied de la tour

Ok, si vous êtes fraîchement débarqués ici, allez plutôt lire mon texte intitulé « Un phare dans tes bobettes » ou visionner la vidéo « Sauvons la vocation (agricole) des terres ». Ce qui suit est plutôt pour les initiés! Mon blogue de duchesse se conclut (ouf! Enfin débute ma nécessaire cure des réseaux sociaux et de ma propre face partout). Ça y est, après les duchesses d’Aiguillon et Granola, je me glisse dans la lignée d’Iris, Lydia, Caroline, Nadine, Anne-Marie, Jeanne, Nancy. J’en appelle aux filles (j’aime ça dire filles) et j’en appelle aux iels (nouveau mot que j’ai appris, merci Fre) : Marie-France, Élisa, Julie, Flavie, Anne-Sophie, Fanny, Marie-Ève, Ève, Annie, Caroline, Marie-Claire, Marie-Hélène, Claudia, Paryse, Josée, Laetitia, Isabelle, Yacinthe, etc. : je vous exhorte de prendre le relais, de vous approprier cette tribune, cet espace de création AUTOGÉRÉ et FÉMINISTE, afin de vous exprimer et mettre en valeur vos territoires urbains et/ou imaginaires. Pas besoin de faire comme la duchesse de Saint-Jambe qui beurre épais et se surmène. Vous pouvez vous en tenir à quelques dessins, photos ou écrits.

À tous, MERCI pour vos encouragements multiples. Salut à toute la cohorte 2019, aux duchesses formidables et à toutes celles qui s’impliquent dans l’organisation des activités et du blogue. Ça fait du bien de rencontrer du beau monde de même. La Revengeance a tout du club social, mais plutôt que d’y jouer aux cartes, on se met sur la carte!

Enfin voici quelques images-souvenirs de ma duchessitude.

L’adoubement qu’officiait Alice Guéricolas-Gagné, où j’ai été intronisée au sein de l’Université de Saint-Jambe. Suivi d’un vin chaud à la rose et d’une microparade saint-jambienne.

Vue glaciale sur les terres à sauvegarder et sur ma délirante tenue de duchesse

Qu’est-ce que lit une duchesse? Entre autres : Marie-Claire, Francis Desharnais, Alain Denault, Paul Zumthor, Alain Larose, Meb et Alice de Saint-Jambe, bien entendu. Merci à la Librairie Pantoute pour l’accueil! Merci au groupe Mélisande d’avoir appuyé la cause des terres des Sœurs de la Charité au Théâtre Petit Champlain. Bienvenue à Céline Tremblay, héritière de la véritable couronne, Carole Turgeon et les autres.

Qu’est-ce qu’une duchesse expose à la bibliothèque de Saint-Jambe jusqu’au 17 mars? Une exposition autour du thème de Babel qui réunit poèmes, vidéos et dessins.

Babel de Hélène Matte et ZumTrobar :     https://vimeo.com/312642872

Enfin, ma duchessitude sera marquée à jamais par la joie de mon ami Edmé Étienne à l’approche de son concert punk, lequel j’ai inauguré le 2 février par quelques poèmes du recueil En berne. Puis, près d’une semaine plus tard, par l’atermoiement devant son acte manqué, sa survie ratée, comment dire : sa mort. Edmé, toi tellement show-off, te voilà juste off. Quel gâchis. À ton cri Oï! nous répondons ayoye. , changeons la formule punk No Future pour Low Future, ok? La décroissance de la consommation plutôt que la déchéance. L’Amour scandé et chanté plutôt qu’à l’arraché. L’autodérision plutôt que la mythomanie narcissique. Sympathies à tous ceux blessés par ton geste. À nous. Amour avide. Adieu Edmé tatoué. Va au silence.

Je conclus sur un court poème, que j’ai lu lors la cérémonie d’adoubement aux allures pataphysiques, tandis que ma fille (future duchesse de la Revengeance!) m’envoyait des pétales dans la face…

Je ne suis pas princesse d’ivoire (je suis duchesse revengeresse)

Je suis reine et je suis le château

Un château de pétales de roses. Un château de pétales de roses.

Quelle duchesse de la Revengeance 10 es-tu?

C’est la dixième édition de la Revengeance des duchesses, la ville de Québec brille de mille feux et les sept duchesses de l’édition 2019 s’amusent à enflammer le web. Toi, tu as toujours voulu être une duchesse? Eh bien, grâce à cet article, tu seras en mesure de t’identifier à l’une des duchesses de la 10e Revengence.

Ce sont toutes des personnes plus belles les unes que les autres, donc à toi de découvrir laquelle de ces dernières te ressemble le plus…

Hélène de Saint-Jambe, duchesse poète forte et courageuse

L’audace et les mots n’ont pas de secret pour toi? Tu aimes écrire des choses qui parfois choquent et réveillent les esprits? Selon toi, il est important de dénoncer les enjeux criants de notre société avec audace, volonté et habileté? Eh bien, Hélène de Saint-Jambe saura certainement te charmer en février. Avec la force d’une lionne et la douceur du tamia rayé, cette duchesse animera de son feu sacré le blogue de la Revengeance.

 

 

Andréanne de Lévis, duchesse multi-multi-talentueuse

Tu aimes l’improvisation (virgule) le théâtre (virgule) l’écriture (virgule) la mise en scène ou la plasticine? (En fait, tu ne te souviens pu de si tu aimes ça la plasticine, mais tu serais quand même vraiment willing de participer à une soirée de pâte à modeler?) Eh bien, il est très probable que la duchesse de Lévis soit celle qui te ressemble le plus. L’idée est simple, plus que tu aimes d’affaires plus que tu ressembles à Andréanne Virgule duchesse de Lévis. Une agenda bien chargé, des projets plein la tête et des rêves à faire fleurir, voilà ce qui caractérise Miss Virgule.

 

Myriam de Saint-Sauveur, duchesse sensible et créative

Ton garde-robe est garni de vieux sacs de papier, d’un restant de colle Pritt, de morceaux de verre, de macaronis et de pastilles d’aquarelle? Tu aimes faire des soirées bricolage avec toi-même sur des airs d’artistes musicaux underground et touchants? Eh bien, c’est certainement la douceur et l’imagination de la duchesse de Saint-Sauveur qui te ressemble le plus. Pleine de paradoxes, avec l’habileté de ses doigts de fée et sa rough passion pour les gros moteurs, Myriam te séduira certainement à l’aide de ses photos et textes colorés aux teintes de Saint-Sauveur.

Fre du vieux-Limoilou, duchesse non-binaire et +

Dans ce monde de plus en plus inclusif (ou entk qui essaie de l’être), tu es heureux de pouvoir enfin essayer de prendre une place qui te revient sans être obligée d’être caractérisé. Tu crois que les limites d’aujourd’hui seront les vestiges de demain? Eh bien, Fre est probablement la duchesse qui te représente. Iel a toujours le sourire et le mot qu’il faut pour t’aider à comprendre l’univers de la non-binarité et du genre. Un humour parfait, une passion pour l’humain. Sa personnalité attachante et ses mots justes sauront très probablement égayer tes matins de Revengeance.

 

Joëlle de Limoilou, duchesse réconfortante au cœur d’or

Tu aimes écouter les autres et as les bons mots pour rassurer, réconforter, aimer ou rire? Pour toi, tous les corps sont beaux et l’estime de soi est un enjeu crucial pour l’épanouissement des femmes au sein de notre société? Tu aimes combattre l’intimidation à coups de crowbar et de chocolat? Eh bien, c’est certainement la duchesse de Limoilou qui te représente le mieux. Bref, Joëlle avec ses sourires francs, son style vestimentaire hallucinant et son écoute saura très certainement se faire remarquer via les interwebs.

 

Mélissa de Roch-City, duchesse pulpeuse, communicative et structurante

Tu as toujours le mot juste, la bonne expression ou la bonne phrase à dire? Tu es habile pour communiquer et aimes utiliser le bon rouge à lèvres pour partager tes idées? Eh bien, il y a de fortes chances que Mélissa soit la duchesse qui te convienne. Bien organisée, ponctuelle et charmante cette duchesse a le tour de communiquer via n’importe quelle plateforme. Tu auras très certainement un plaisir fou à découvrir cette dernière via des textes vrais et audacieux.

 

Andréanne de l’île d’Orléans, duchesse maladroite et coquine

Tu aimes les belles robes, le parfum et ensuite aller jouer dans la bouette pis cueillir des fraises avec tes amis? Tu adores prendre position sur des sujets prenants, mais parfois tu as l’impression que ta pertinence se retrouve perdue quelque part entre les discours de Brigitte Bardot, Véronique Cloutier et Richard Desjardins? Tu adores être sur scène faire des spesstake et tu as un petit côté osé pas très bien caché? Il va sans dire que la duchesse qui te représente est Andréanne Fémini-Bof d’Orléans (Moiiii!). Avec le style à tout casser de Marina Orsini et la maladresse de Britney Spears (version soft) cette dernière saura gagner ton cœur avec ses interventions pertinentes… ou pas, sur le blogue.

 

Alors finalement, quelle duchesse de la Revengeance 10 es-tu?

 

 

 

 

Vue de même, tour à tour

Saint-Jean-Baptiste, c’est une petite Gaule. Un quartier qui a été déchiré par l’urbanisme du béton goudronné, mais rebâti par le mouvement coopératif. Une enceinte dont le centre est partout, et la circonférence, une autoroute.

Après la pluie, gravure de Bill Vincent,1980, courtoisie de l’artiste

J’y ai mes quartiers. L’édifice de la Banque Nationale me cache le soleil. Le Complexe G me bombarde d’ondes électromagnétiques. Je sais ce qui m’attend. J’habite un ancien bâtiment en face d’un CHSLD. Quand le printemps arrive, j’ouvre les fenêtres et j’entends une vieille crier à la journée longue. D’année en année, ce n’est jamais la même. C’est ma vue bouchée d’en face.

De l’autre côté, j’ai le privilège de la hauteur. Je suis pourtant une duchesse de classe moyenne. Simplement j’habite la Haute-Ville. Je ne suis pas enfermée dans une de tour de verre, je n’ai pas besoin d’être sauvée. Néanmoins je me tiens à l’étage. J’aime voir loin. Je fais le guet.

L’horizon s’étend jusqu’aux montagnes. Je vois l’incinérateur et l’usine qui crache sa fumée jusqu’à Vanier. Au fond, j’aperçois Sainte-Brigitte-de-Laval qui colonise la nuit de lueurs en lumières. À l’avant-plan, il y a les nouveaux voisins de l’îlot Irving. Au dernier étage, ils ont des fenêtres mur-à-mur et un énorme téléviseur qui clignote comme, plus loin, l’écran hystérique du centre Vidétron*. Au second plan, les tours s’imposent : celle « tout en bois » qui a l’air d’un jeu de blocs Lego aux couleurs de la confédération; celle à côté de la bibliothèque qui fait ombre à l’église Saint-Roch; celle de Sherpa, multicolore, qui sera cachée par celles qui s’annoncent, subtilement, sur la rue Saint-Vallier. Les bâtiments érectiles strient le paysage. La Ville me dévisage.

Je vois encore les terres des Sœurs de la Charité. Un îlot de lumière. Je me dis tous les jours qu’un nouveau quartier couvrant cet endroit, ça serait la mort. J’en ai fait une chanson. Rendez-vous à un prochain post.

Courtoisie de Hélène de Saint-Jambe, dessin-collage d’après un plan de Marc Boutin sur la place de l’automobile dans le faubourg Saint-Jean-Baptiste

* Pas besoin du « o » au centre, la construction est elle-même un trou au milieu du paysage et des poches des contribuables : « Vidétron », puisque ça a l’air d’un immense bol de toilette.

Bio

Poète indisciplinaire et travailleuse culturelle depuis plus de vingt ans à Québec, Hélène Matte est un électron libre portant de nombreux chapeaux : écrivaine, commissaire et médiatrice, performeure et artiste visuelle, mère de famille et citoyenne. Sa pratique investit les notions de voix, de rencontre et d’art-action. Elle a réalisé des expositions et performances ailleurs dans le monde, mais agit aussi au niveau local, où elle initie des projets rassembleurs tels Apprentis poètes! (2014) et Vies de Quartier (2016). En 2019, elle diffuse le projet multidisciplinaire ZumTrobaR.

Ce qu’elle fait dans la vie : De la poésie hors livre, de la médiation culturelle, de la cuisine

Ses plus grands défis : Développer son oreille et sa voix. Ne pas pogner les nerfs trop vite.

Ce qu’elle aime de son quartier : La beauté des vieux bâtiments, l’ambiance, les coopératives, les parcs et les gens, en particulier les originaux, les militants d’expérience et les enfants

Ce qu’elle n’aime pas de son quartier : Les nouveaux développements sans considération pour les habitants des alentours, qui font semblant de s’intéresser aux logements sociaux pour faire mousser l’acceptation sociale et qui finalement offrent un manque flagrant de cohésion tant sur le plan esthétique qu’écologique en plus de briser nos murs avec leur dynamite.

Une cause qui lui tient à cœur : Sauver la vocation (agricole) des terres des Sœurs de la Charité (vive l’agriculture locale!)

Si elle devient reine, elle s’engage à donner la cagnotte à l’École Saint-Jean-Baptiste pour participer au financement du réaménagement de sa cour d’école

Bio

La duchesse de Roch-City II 2019 en est une aux mille et une tuques! Qu’à cela ne tienne, elle refuse toute étiquette : performeuse, médiatrice culturelle, intellectuelle, féministe, militante, poète… Elle se compare plutôt simplement à un couteau suisse ou à un Transformer. Elle s’est jointe au conseil d’administration de la Revengeance à partir de 2016, où elle portait fièrement le titre de roturière (et même de gueuse pour les intimes), s’écartant de tout titre de noblesse jusqu’à tout récemment. Elle a obtenu en 2018 son doctorat à l’Université Laval. Cette même année, elle a aussi travaillé quelques mois dans la Ville Lumière, avant de revenir à Saint-Roch/Roch-City, son quartier de prédilection. Elle travaille actuellement dans le milieu des arts de la scène comme responsable des communications. 

Bio

Andréanne Fémini-Bof, duchesse d’Orléans. Île d’Orléans. De retour dans son duché depuis juillet, Andréanne Fémini‑Bof d’Orléans est une jeune femme ayant l’engagement et le sourire facile. Pour elle, tous les moyens sont bons pour exprimer une idée, un rêve, une passion. Oscillant entre le monde rassembleur de la récréologie et l’univers créatif du monde artistique, cette duchesse aime changer le monde un rire à la fois. Burlesque, clown, humour, chant, poésie… elle multiplie les outils pour créer des univers rocambolesques à faire rougir de plaisir. Agente de changement, énergique, mélodramatique, organisée et fonceuse, Andréanne Fémini‑Bof croit avant tout à l’importance de la concertation et de l’unification des forces d’un milieu pour arriver à faire bouger des montagnes.

Bio

En 4e année, elle a reçu un certificat de gentillesse. Depuis ce temps, elle n’a cessé de croître : les mèches en bandes rouge vin, les messages textes en papier triangle, les stylos en gel pastel. On était loin de se douter que cette ancienne timide au cerveau aussi organisé qu’un bac à DVD chez Walmart clamerait aujourd’hui ses convictions à tous ceux qui ne veulent pas l’entendre. Empreinte de sérénité, elle s’est rendue à l’évidence : elle n’est rien de plus qu’une autre survivante du papercut.

Bio

Fre est une sorcière de salon, c’est-à-dire que ses activités ésotériques se limitent à dire à ses ami·e·s leur horoscope et à mettre ses cristaux au soleil. Iel est une personne non binaire, ce qui ne change pas grand-chose à sa vie, à part avoir un sujet de conversation lors d’une première rencontre avec iel. Social justice warrior dans l’âme, iel aime s’impliquer (et chialer) pour qu’on vive juste dans un monde meilleur.

Bio

Arrivée dans sa paroisse en 2015, Myriam a trouvé dans Saint-Sauveur une communauté attachante et un milieu de vie inspirant pour développer son potentiel artistique. Elle revendique maintenant son identité de « Basse-Villaine » avec fierté et passion.

Dernière des bachelières en ethnologie et patrimoine, elle s’intéresse au processus créatif, à la collaboration ainsi qu’à la transmission des connaissances et du savoir-faire. Sa démarche artistique l’amène vers la pratique du vitrail, une discipline qui lui permet d’exprimer sa sensibilité et de surmonter de nombreux défis.

Grande promeneuse et observatrice du quotidien, cette passionnée d’histoire veut révéler la beauté singulière de ses paysages et de son patrimoine populaire. Que ce soit en admirant les saules de la rivière Saint-Charles ou les pick-up Ford F-150, elle aime les contrastes et les paradoxes de ce quartier qui lui ressemble.

FYI : Lorsqu’on me demande si mes « cheveux sont-tu frisés naturel? », je réponds oui! C’est 100 % naturel!

Merci à nos partenaires