Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Revengeance des duchesses

Bio

Andréanne Fémini-Bof, duchesse d’Orléans. Île d’Orléans. De retour dans son duché depuis juillet, Andréanne Fémini‑Bof d’Orléans est une jeune femme ayant l’engagement et le sourire facile. Pour elle, tous les moyens sont bons pour exprimer une idée, un rêve, une passion. Oscillant entre le monde rassembleur de la récréologie et l’univers créatif du monde artistique, cette duchesse aime changer le monde un rire à la fois. Burlesque, clown, humour, chant, poésie… elle multiplie les outils pour créer des univers rocambolesques à faire rougir de plaisir. Agente de changement, énergique, mélodramatique, organisée et fonceuse, Andréanne Fémini‑Bof croit avant tout à l’importance de la concertation et de l’unification des forces d’un milieu pour arriver à faire bouger des montagnes.

Bio

En 4e année, elle a reçu un certificat de gentillesse. Depuis ce temps, elle n’a cessé de croître : les mèches en bandes rouge vin, les messages textes en papier triangle, les stylos en gel pastel. On était loin de se douter que cette ancienne timide au cerveau aussi organisé qu’un bac à DVD chez Walmart clamerait aujourd’hui ses convictions à tous ceux qui ne veulent pas l’entendre. Empreinte de sérénité, elle s’est rendue à l’évidence : elle n’est rien de plus qu’une autre survivante du papercut.

Bio

Fre est une sorcière de salon, c’est-à-dire que ses activités ésotériques se limitent à dire à ses ami·e·s leur horoscope et à mettre ses cristaux au soleil. Iel est une personne non binaire, ce qui ne change pas grand-chose à sa vie, à part avoir un sujet de conversation lors d’une première rencontre avec iel. Social justice warrior dans l’âme, iel aime s’impliquer (et chialer) pour qu’on vive juste dans un monde meilleur.

Bio

Arrivée dans sa paroisse en 2015, Myriam a trouvé dans Saint-Sauveur une communauté attachante et un milieu de vie inspirant pour développer son potentiel artistique. Elle revendique maintenant son identité de « Basse-Villaine » avec fierté et passion.

Dernière des bachelières en ethnologie et patrimoine, elle s’intéresse au processus créatif, à la collaboration ainsi qu’à la transmission des connaissances et du savoir-faire. Sa démarche artistique l’amène vers la pratique du vitrail, une discipline qui lui permet d’exprimer sa sensibilité et de surmonter de nombreux défis.

Grande promeneuse et observatrice du quotidien, cette passionnée d’histoire veut révéler la beauté singulière de ses paysages et de son patrimoine populaire. Que ce soit en admirant les saules de la rivière Saint-Charles ou les pick-up Ford F-150, elle aime les contrastes et les paradoxes de ce quartier qui lui ressemble.

FYI : Lorsqu’on me demande si mes « cheveux sont-tu frisés naturel? », je réponds oui! C’est 100 % naturel!

Top 10 des mauvaises raisons de ne pas participer à la Revengeance [en reprise!]

Cest l’heure du recrutement à la Revengeance. Nous avons remarqué que certaines aspirantes duchesses se retiendront de s’inscrire à cause de certains mythes tenaces! Ce top 10 des mauvaises raisons de ne pas participer à la Revengeance des duchesses vise à rassurer les candidates réticentes.

1– Je n’ai pas le temps.

D’un œil extérieur, les duchesses ont l’air jetset pendant la Revengeance : lancement, couronnement, tournée des bars, conférences, articles de blogue, etc. Vous vous demandez certainement comment elles font pour trouver le temps de tout faire. Dans les faits, la « duchesserie » exige un engagement réaliste. La principale tâche de la duchesse est d’alimenter le blogue de la Revengeance avec un minimum de quatre articles qui peuvent, bien sûr, être rédigés d’avance (pendant le temps des fêtes, si ça vous chante!).

La plupart des événements, pendant les deux semaines de la Revengeance, se déroulent en soirée. La seule journée complète où on vous réquisitionne, c’est le samedi 9 décembre 2017, pour le tournage des capsules vidéo et la séance photo. Pour avoir plus d’informations sur les dates, nous vous invitons à consulter le formulaire de candidature ici.

2– Je suis timide.

Vous trouvez qu’on a l’air extraverties sur nos photos de duchesses : c’est trompeur! La cohorte de la Revengeance 2017 peut en témoigner : sur neuf duchesses, les « duchs » 2017 étaient en majorité des gênées qui le cachent bien. Que vous soyez timide ou extravertie, la Revengeance est pour vous et une équipe entière sera là pour vous mettre à l’aise!

3– Je ne suis pas féministe.

Notre Reine-Mère, Marjorie Champagne, ne se disait pas féministe lors de la création de la Revengeance des duchesses, en 2010. Dans les faits, elle était une féministe née qui s’ignorait. Sait-on jamais, peut-être êtes-vous une féministe, au fond. Pour en savoir plus sur la démarche féministe de la Revengeance, nous vous conseillons de lire l’historique de la Revengeance des duchesses ainsi que ce billet de Mickaël Bergeron, duchesse de Limoilou 2017.

4– Je n’ai pas d’idées.

Avoir carte blanche pour écrire des articles de blogue peut être intimidant, mais on s’y habitue (parlez-en à d’anciennes duchesses). On vous encourage à visiter nos archives et à écumer les billets de blogue des années précédentes pour vous donner des idées. Libre à vous de produire des vidéos, des podcasts, des recettes, d’écrire des poèmes, de dessiner, de faire des entrevues, d’écrire des articles historiques, de danser le bacon au beau milieu de la rue.

5– Je ne suis pas de Québec.

La Revengeance cherche à élargir ses frontières, justement. En 2017, la Revengeance a sélectionné trois duchesses de la grande région de Québec (Portneufîle d’Orléans et Lévis), et en 2018 se sont ajoutées Maizerets, Neufchâtel et l’Aéroport. Les possibilités de duché sont infinies!

6– Je ne connais pas ça.

Ça tombe bien, on a une foire aux questions bien remplie!

7– Je ne suis pas assez cool.

On n’est plus au secondaire! Nul besoin d’être cool et branché pour participer. S’inscrire à la Revengeance est une expérience de groupe où toutes peuvent s’exprimer sans jugement.

8– Je suis trop vieille.

À la Revengeance, nous n’avons pas de limite d’âge : que tu sois une prof nouvellement retraitée, une fringante du Vieux-Québec ou une baby-boomer de Montcalm, le seul prérequis, pour être duchesse de la Revengeance, c’est d’avoir plus de 18 ans.

9– Je n’ai pas l’air d’une duchesse.

Tu peux être une duchesse barbue, être non binaire dans le genre, être queer, avoir les cheveux courts, être née avant la Révolution tranquille, être née ailleurs qu’au Québec, à la Revengeance, tout le monde a l’étoffe d’une duchesse. La « duchesserie » s’exprime dans la diversité!

10– Je n’aime pas mon duché.

À la Revengeance, certaines duchesses sélectionnées avaient une relation conflictuelle avec leur duché. Tenez-le-vous pour dit : vous n’avez pas à apprécier votre duché. Vous avez le droit de le critiquer, de souligner ses bons comme ses mauvais côtés!

DUCHESSE-TOÉ!

Merci à nos partenaires