Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé riz

La duchesse qui fait du riz

Ma mère était incapable de faire du riz, elle l’a répété toute mon enfance et j’ai aucun souvenir d’en avoir mangé à ce moment-là. Un moment donné elle s’est acheté un cuiseur à riz, et elle le manquait encore un peu, mais au moins on a commencé à en manger. Ma voisine faisait le meilleur riz au monde et des fois elle nous en donnait. Quand je voyais la réaction de ma mère, tout impressionnée et attendrie par cette attention, j’avais juste en tête que pour faire du riz, ça prenait un don.

Je suis partie en appartement et je refusais d’en faire. Je me disais que de toute façon je le manquerais et que je préférais manger quelque chose de bon, tsé. À ma fête, ma sœur m’a donné cette fameuse machine cuiseuse de riz. On venait de me confirmer toute la complexité que la cuisson du riz devait avoir. Je l’ai essayée une fois et mon riz était dégueulasse. J’ai laissé tomber.

Dernièrement, après quelques années en appartement, j’ai décidé d’essayer de faire du riz, dans une casserole comme tout le monde. J’ai réussi. Je me suis rendu compte que peut-être qu’il fallait que je commence à arrêter d’avoir peur d’essayer de nouvelles choses.

Ça fait environ trois ans qu’à chaque année, quand je vois que la Revengeance est en recrutement de nouvelles candidatures, j’ai une énorme envie de me présenter, mais une petite voix dans ma tête me dit que j’ai rien à faire là. Je pense que je ne suis pas assez intéressant∙e, que ça demande trop d’énergie.

Cette année, à peu près au même moment où j’ai fait mon premier riz, j’étais dans un mood où j’avais besoin d’aventure, de me dépasser et surtout de donner, donc je me suis dit « eille fuck off je me lance et il arrivera ce qu’il arrivera ». Et voilà, j’ai reçu un courriel, que j’ai lu un dimanche soir à 22 h, comme quoi j’étais accepté∙e, et j’ai pas dormi de la nuit parce que j’étais bin trop énervé∙e.

Je me suis impressionné∙e cette fois-là et depuis j’ai eu une grosse réflexion avec moi-même. Je me suis rendu compte que ce n’était pas la première fois que je remettais des projets à plus tard, par manque d’énergie, de confiance et par paresse. Mais j’ai voulu fouiller plus loin et comprendre pourquoi je faisais ça.

J’ai trouvé la réponse il y a pas longtemps. Je refuse de commencer des projets parce que j’ai peur. Peur de ne pas être à la hauteur, d’échouer. Par contre, je me rends aussi compte que c’est encore pire de rien entreprendre pantoute que d’essayer quelque chose de nouveau et de se tromper quelque part.

C’est ce qu’être duchesse m’a enseigné, que si j’essayais pas j’allais rien avoir. Pi avec ça, bin je me suis rendu compte que j’étais capable de bien plus que ce que je pensais.

Feck aujourd’hui, je suis duchesse, pi je reprends mille et un projets que je laissais de côté depuis trop longtemps. J’ai commencé à dessiner, j’essaie de jouer de la guitare, j’ai décidé de faire une demande d’admission pour une maîtrise pi j’ai décidé que ça allait être dans une autre ville. Pi je mange du riz bin plus souvent.

Merci à nos partenaires