Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Saint-Roch

DUCHESSE-TOÉ! Compilation

Votre duchesse de Limoilou avait demandé aux autres duchesses de la Revengeance de choisir une chanson à laquelle elles s’identifient. Voici le résultat, que vous avez déjà entendu à la soirée du lancement.

Laissez-vous aller, ne nous regardez pas comme ça. Vous aussi, vous avez vos plaisirs coupables!

Duchesse-toé!

Sara La Récup, duchesse de Limoilou 2018


1) 0:00 Joe Dassin : Dans les yeux d’Émilie (ÉMILIE III, duchesse du Vieux-Québec)

2) 3:37 Lisa Leblanc : Chanson d’une rouspéteuse (JULIE ANN, duchesse de Saint-Roch)

3) 5:52 Joseph Edgar : Espionne russe (ANOUCHKA, duchesse de l’Aéroport)

4) 9:19 Safia Nolin : Igloo (SARA, duchesse de Limoilou)

5) 13:42 Les Colocs : Belzébuth (JOANNIE, duchesse de Neufchâtel)

6) 22:59 Félix Leclerc : Le p’tit bonheur (KAROLINE, duchesse de Maizerets)

7) 25:36 David Bisbal, Wisin et Yandel : Torre de Babel (MARIANA, duchesse de Charlesbourg)

8) 29:48 Mika : Elle me dit (MARJOLAINE, duchesse de l’île d’Orléans)

Saint-Roch, ça électrise

À la découverte d’une artiste

Gabrielle

J’ai eu la chance de croiser le chemin de Gabrielle par des amis communs il y a de ça quelques années. J’ai beaucoup aimé son art et je voulais vous la présenter, car les artistes féminines sont parfois sous-représentées. Elle est une artiste visuelle et a la chance de travailler de son art depuis quelques années, et elle se promène entre les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur.

Q- En quelques mots, quel est ton parcours artistique? Pourrais-tu nous parler plus précisément également de ton investissement avec Sherpa dans le quartier Saint-Roch?

R- J’ai tout d’abord étudié en art à l’université, mais je me suis rapidement rendu compte que je voulais être avec les gens. J’ai donc complété un baccalauréat en travail social tout en démarchant pour développer ma carrière artistique. Après avoir travaillé quelques années en intervention sociale, c’est avec la posture de l’artiste visuelle que je suis revenue m’insérer dans différents milieux communautaires en proposant des projets artistiques rassembleurs, des processus de co-création qui deviennent significatifs pour la communauté que je côtoie. À Sherpa, par exemple, j’ai tout d’abord proposé le projet ATTENTES, une démarche où on s’interrogeait sur le moment d’attente en cabinet médical. Le groupe était constitué de citoyens de différents milieux, dont des personnes ayant des problèmes de santé mentale. Puis, je suis devenue professeure avec un cours en art social que j’ai créé, qui s’appelle le Collectif PLONGER, où j’invitais les participants, à travers le développement d’habiletés artistiques, à plonger dans leur propre existence.

Q- Tu as également réalisé plusieurs expositions/happenings dans le quartier Saint-Roch; je me rappelle de celle pour la Nuit des sans-abri. Pourrais-tu nous en présenter quelques-unes?

R- L’année dernière, je me suis investie plusieurs mois auprès des hommes sans abri de la Maison Revivre avec le projet RE-lier et je voulais vraiment que l’exposition à l’issue de ce processus soit présentée à la Bibliothèque Gabrielle-Roy. Je voulais donner une place plus formelle à des personnes qui fréquentent déjà la bibliothèque et parler d’eux pour sensibiliser l’ensemble des usagers à la réalité méconnue de ces hommes. En effet, cette démarche m’a amenée à travailler avec la Nuit des sans-abri (NSA) cette année. Une des installations de l’exposition s’est retrouvée sur l’affiche de la NSA, puis j’ai offert aux passants un atelier de sérigraphie durant la soirée! Ça a été un réel succès! Je travaille également en atelier chez Engramme, dans Méduse. Je faisais d’ailleurs partie en avril dernier de l’exposition REFUGE, l’aboutissement d’un projet de médiation culturelle avec les jeunes réfugiés de l’École secondaire Vanier.

Q- Ton art est accessible à tous. Ainsi, je sais que certaines de tes sérigraphies peuvent être louées à l’Arthothèque de la Bibliothèque Gabrielle-Roy de Saint-Roch. Comment t’est venue cette idée?

R- La question de la démocratisation de l’art est importante pour moi. Par exemple, à la Maison Revivre, j’ai imprimé sur les napperons qui sont placés sur les tables lors des repas. En effet, deux de mes sérigraphies sont disponibles en location à la Bibliothèque Gabrielle-Roy. Puis, je fais partie de la Virée des fêtes. Quelques-unes de mes œuvres sont présentement en vente chez Engramme. Passez voir!

Q- Si tu avais un autre artiste ou œuvre de Saint-Roch à nous faire découvrir, ça serait lequel?

R- Elle n’est plus à présenter, mais j’ai plusieurs affinités avec l’artiste Giorgia Volpe qui a fait partie des Passages insolites cet été. Sinon, j’aime beaucoup le travail d’Ilana Pichon, qui travaille en atelier chez Engramme et qui investit aussi des processus avec la communauté.

Q- Quelle est la part de féminité dans ton art?

R- Le corps, celui de la femme en particulier, est très présent dans mon travail. Parfois, il est représenté de façon figurative; d’autres fois, j’évoque sa présence. Je suis féministe. Sans être une militante active, mon travail auprès des femmes est toujours nourri par un souci d’égalité hommes/femmes et d’empowerment des femmes dans la société.

Q- En conclusion, quelle est ta définition de l’art? (Question empruntée à Léa Salamé dans Stupéfiant sur France 2)

R-  L’art, pour moi, c’est le langage de la sensibilité.

Présentation d’une œuvre de Gabrielle

Intimité

Titre : « Juste l’intimité qui me manque », 2017

Gabrielle Bélanger, avec la collaboration de Benoit Genest-Rouiller, Jules Painchaud, René Thomassin, Géraldine Seny, Jean-Pierre Roy, Richard de Laplante et Stéphane Bussières, 2017

Lit d’acier, matelas, oreiller, cyanotype sur draps de coton

111 X 188 X 97 cm

À propos

Dans le dortoir de la Maison Revivre, l’artiste a découvert un lit identique à celui qu’elle avait enfant. De façon intime, elle a voulu illustrer le passage de plusieurs vies dans un même lit. Pour cette œuvre, elle a collaboré avec plusieurs hommes qui ont participé à la production de photogrammes en cyanotype.

Saint-Roch, ça houblonne

À la découverte des microbrasseries du duché de Saint-Roch

Au cours des dernières années, les microbrasseries ont connu un essor exceptionnel et le duché de Saint-Roch n’a pas manqué à l’appel. En tant que passionnée de bières et brasseuse amatrice, je voulais vous présenter quelques microbrasseries du quartier ainsi qu’un bar à bières de microbrasseries.

La Korrigane

http://www.korrigane.ca/fr/

Microbrasserie portée sur le côté social et culturel, elle est d’ailleurs partenaire de la Revengeance des duchesses. Des soirées swing ont également lieu le mercredi soir. Les artisans se basent sur leurs valeurs sûres : la Mary Morgan (une blanche), la Cornik (une stout), la Kraken (IPA). L’Amaruq (blanche au thé du Labrador) et la Croquemitaine (Pale Ale érable et bourbon) font partie des trois bières primées lors du Canadian Brewing Awards. Ces dernières années, La Korrigane a sorti des bières saisonnières aux fruits de très bonne qualité. Une micro en plein cœur du quartier Saint-Roch pour s’abreuver tout en découvrant des activités sociales et locales, une belle initiative!

La Barberie

http://labarberie.com/

Sans conteste ma terrasse préférée à Québec en été, toute verdoyante grâce au travail des Urbainculteurs, avec hamacs, sacs de grains comme coussins… Vous pouvez apporter votre lunch. King Loki aime également beaucoup cette micro, qui lui rappelle ses ancêtres vikings. Les têtes de pression sont en forme de casques de Vikings, par exemple. Le choix de bières varie environ à huit bières disponibles en tout temps, dont un cask (bière tablette, pour simplifier). Leur plus gros vendeur selon moi est la Cuivrée au thé, et celle que je vous conseille en été, la Sangribière. La nouvelle de 2017 : la Tropique Thunder IPA.

Le Noctem

http://www.noctem.ca/

De la bière et un chat noir comme logo, deux de mes passions, le Noctem m’a accrochée dès son ouverture. Les bières sont très originales et ont toutes un nom relié à un chat; le concept est génial. Les brasseurs se sont surtout spécialisés dans les IPA : la Catnip et la Suricat, agrémentées de différents fruits selon les périodes, font partie de mes préférées.

Mon seul regret : que King Loki ne soit pas affiché chez eux. :(

 

L’Air du temps

http://airdutemps.ca/

Lors de l’arrivée de l’Air du temps en lieu et place du Boudoir, j’avouerais avoir été sceptique au début surtout étant donné sa localisation, juste en face du Noctem, et aussi parce que j’étais triste de perdre un endroit pour danser. J’y suis allée avec beaucoup d’à priori et le concept m’a finalement conquis un choix d’une cinquante de bières de microbrasseries avec une microbrasserie invitée. WOW! La bière est très abordable. Et si tu viens en gang, pourquoi pas essayer la planche de 25 galopins! Alors, game?

Votre Dju-chesse au Festibière, août 2017. Crédit : Julie Ann

Votre Dju-chesse au Festibière, août 2017. Crédit : Julie Ann

SAINT-ROCH, ÇA HIPSTÉRISE

À la découverte des magasins du duché de Saint-Roch

Votre Dju-chesse est partie en virée magasinage sur la rue Saint-Joseph dans le duché de Saint-Roch. Voici un petit photoreportage crazy.

La Friperie Saint-Roch, en face de La Nef
Pour trouver une tenue à moindre coût!

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

X20, 200, rue Saint-Joseph
Pour des chaussures qui ont du style 100 % hipster!

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

Le 222, au 222, rue Saint-Joseph
Une boutique dans un bar avec des vêtements hipster chic ou bobos!

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

ExoShop, 260, rue Saint-Joseph
Pour avoir du swag!

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

Urban Outfitters, 509, rue Saint-Joseph
LA boutique de tout bon hipster qui se respecte!

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

Baizenville, 561, rue Saint-Joseph
Fan de vêtements de groupe de musique, de cowboys, d’animaux ou d’univers geek!

Crédit : Julie Ann

Crédit : Julie Ann

Saint-Roch, ça s’entraide

À la découverte de deux organismes communautaires du duché de Saint-Roch :
La Maison des Enfants de Saint-Roch et le Café rencontre

Maison des Enfants_logoCafé rencontre

La mission des organismes

Je souhaite vous présenter deux organismes communautaires La Maison des Enfants de Saint-Roch et le Projet 180 degrés du Café rencontre du duché de Saint-Roch, pour lesquels votre humble Dju-chesse s’implique depuis 2016. Ces deux organismes offrent de l’aide aux devoirs pour les enfants de l’école des Berges pour les enfants de 1re année à la 5e année pour le premier et ensuite le second prend le relais pour le soutien scolaire pour l’ensemble des jeunes du quartier Saint-Roch de la 6e année jusqu’au secondaire. Ces organismes permettent de lutter contre le décrochage scolaire en fournissant un environnement sécuritaire où des bénévoles (dont votre Dju-chesse) sont présents pour aider les enfants avec leurs devoirs.

Mon expérience

L’enseignement est toujours quelque chose qui m’a passionnée : transmettre des connaissances à d’autres, voir le sourire de l’autre s’illuminer lorsqu’il vient de comprendre – EURÉKA! J’ai décidé de m’impliquer dans le duché où je résidais pour aider les jeunes de mon quartier qui sont issus de l’immigration (comme moi) ou qui ont des difficultés sociales ou scolaires. Cette expérience m’a enrichie. J’ai toujours la même joie à transmettre et j’apprends également à intervenir auprès de ces jeunes d’un côté plus social. Nous apportons de la stabilité et un lieu de refuge pour certains jeunes qui en cherchent un. Récemment, j’ai suivi des enfants syriens. Aider ces enfants à apprendre le français alors qu’ils ont vécu l’horreur de la guerre permet de relativiser sur les problèmes du quotidien, mais apporte également la joie d’avoir pu aider certains de ces enfants et de leur redonner un peu d’amour et de sourire.

L’expérience des deux coordonnatrices

Coordonnatrice à La Maison des Enfants : Camille Ferland

Q- Peux-tu me parler de ton expérience à La Maison des Enfants?

R- J’ai été bénévole pour La Maison des Enfants de Saint-Roch durant trois années. Depuis que je connais cet organisme, j’ai à cœur ses valeurs et sa mission, ainsi que les jeunes qui nous fréquentent. Mes deux principaux mandats sont d’assurer le service d’aide aux devoirs en semaine, et les activités du samedi. J’y mets tout mon cœur et mon énergie!

Q- Aurais-tu une histoire sur des élèves actuels ou anciens que tu voudrais nous partager?

R- Les jeunes à La Maison des Enfants reçoivent beaucoup, que ce soient par la présence d’un.e bénévole qui s’intéresse à eux et à leur réussite scolaire, de belles activités, des collations, d’un milieu chaleureux et accueillant… L’année dernière, une jeune fille de 14 ans (qui fréquentait auparavant La Maison des Enfants) s’est impliquée comme bénévole auprès des enfants que nous accueillons. Je trouve cela vraiment beau qu’une jeune ayant déjà reçu à La Maison des Enfants ait choisi de redonner à notre organisme.

Coordonnatrice au Projet 180 degrés du Café rencontre : Amélia Bordeleau

Q- Peux-tu me parler de ton expérience au Projet 180 degrés du Café rencontre?

R- Je suis impliquée au sein du Projet 180 degrés depuis maintenant quatre ans : au début comme bénévole et maintenant comme coordonnatrice de ce beau programme. Nous offrons un service d’aide aux devoirs gratuit dans notre local sur Saint-Joseph Est du lundi au jeudi après l’école pour les jeunes de 6e année jusqu’au 5e secondaire. Lorsqu’une amie m’a présenté cet organisme, j’ai été touchée de voir la persévérance des jeunes et leur volonté d’aller chercher les outils nécessaires pour leur réussite. Nous avons réussi à faire redécouvrir certaines matières à des jeunes qui les avaient prises en aversion et nous avons assisté à de belles réussites. C’est très enrichissant de pouvoir accompagner ces jeunes dans leur démarche vers la réussite. Notre rôle a deux volets : nous devons les soutenir académiquement mais nous agissons aussi comme confidents et comme soutien pour une variété de situations qui vont d’un appui pour un projet particulier jusqu’à des interventions plus précises. Comme coordonnatrice, je suis en mesure de réaliser combien les bénévoles sont des exemples pour ces jeunes.

Q- Aurais-tu une histoire sur des élèves actuels ou anciens que tu voudrais nous partager?

R- Depuis le début de mon implication, j’ai eu le plaisir de voir des élèves graduer et poursuivre des études au cégep dans des sujets qui les passionnent maintenant, et d’avoir pu contribuer à cet accomplissement est une grande fierté.

Gala de la Persévérance avec les enfants de La Maison des Enfants et du Café rencontre, mai 2017

Gala de la Persévérance avec les enfants de La Maison des Enfants et du Café rencontre, mai 2017

Références

Pour continuer ce service, il faut toujours des bénévoles. Si vous souhaitez devenir bénévoles, n’hésitez pas à contacter ces organismes :

http://caferencontre.org/aide-aux-devoirs/
http://www.maisondesenfantsstroch.org/

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 5)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Un petit bonus : votre Dju-chesse est amie avec le président du conseil de quartier de Saint-Roch, alors une petite interview s’imposait.

Simon, président du conseil de quartier de Saint-Roch

conseilSR

Q- Pourrais-tu décrire brièvement le rôle du conseil de quartier ainsi que sa composition?

R- Le conseil de quartier est un organisme citoyen de la ville de Québec. Son but premier est de faire le lien entre les citoyens d’un quartier et l’administration municipale. Le conseil de quartier reçoit donc régulièrement le mandat de tenir des consultations et de donner son opinion. Ensuite, le conseil de quartier a un pouvoir d’initiative. Il peut décider de participer financièrement ou d’autres façons, à la réalisation de projets de nature locale.

Le conseil de quartier est composé de tous les citoyens d’un quartier. Son conseil d’administration est composé de huit citoyens élus, quatre hommes et quatre femmes, qui doivent obligatoirement habiter le quartier. Le conseil de quartier peut également coopter trois administrateurs supplémentaires.

Q- Quelles sont les conditions pour y participer et pour en être membre?

R- Pour être membre d’un conseil de quartier, il suffit d’habiter le quartier en question. Les membres sont invités à participer aux assemblées publiques du conseil d’administration, qui se tiennent chaque mois. Au printemps, tous les citoyens du quartier sont invités à l’assemblée générale annuelle afin d’assister à la présentation du rapport annuel et de voter pour la composition du conseil d’administration.

Q- Pourrais-tu donner un ou deux exemples concrets d’aboutissement du travail du conseil de quartier dont tu es fier?

R- Je dirais que la corvée annuelle de nettoyage du conseil de quartier est quelque chose qui me tient particulièrement à cœur. Aussi, je suis fier de la participation, autant humaine que financière, du conseil de quartier à une foule de petits et grands projets dans le quartier. Pour en nommer quelques-uns, l’exposition photo qu’il y a eu sur la façade de La Nef l’an dernier, les soirées cinéma dans le quartier, le projet Verdir Saint-Roch et tant d’autres à travers les années.

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 4)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Votre Dju-chesse est partie à la rencontre de ses amis vivant et travaillant dans Saint-Roch.
En voici les portraits.

HM

Q- Depuis combien de temps habites-tu le quartier Saint-Roch et qu’est-ce qui t’a fait y déménager?

R- J’y habite depuis juillet 2012, car c’est le quartier du centre-ville le plus dynamique, en vogue, jeune, etc.

Q- Ton entreprise/organisme se trouve également dans le quartier Saint-Roch. Pourrais-tu en faire une brève description?

R- Nurun Québec était une entreprise de conseil en informatique, pour des projets essentiellement gouvernementaux (applications Web, transformations organisationnelles, sécurité, etc.) avec des gestionnaires proches des collaborateurs. Elle a été récemment rachetée par CGI, une autre entreprise de conseil en informatique de Saint-Roch.

Q- Décris-moi une journée type pour toi dans le quartier Saint-Roch, ou des endroits où tu aimes aller ou que tu aimerais faire découvrir à nos lecteurs.

R- Aucune journée ne ressemble à une autre, donc je n’ai pas vraiment de journée type. ^_^ Je peux par contre dire que j’aime bien de temps en temps prendre mon déjeuner dans une brûlerie ou une boulangerie de la rue Saint-Joseph : Saint-Henri, Café Pékoe, Brûlerie Saint-Roch, Nektar, La Boîte à Pain ou Le Croquembouche. Pour le souper, c’est plus Bati Bassak, Tora-Ya Ramen, L’Affaire est ketchup ou Poutineville : les meilleures poutines de la ville. ^_^

Q- Que choisirais-tu de changer dans le quartier Saint-Roch?

R- J’avoue que pour le moment je trouve que notre quartier est assez complet. Certes, il y a quelques services qui n’y sont plus, comme le fleuriste, le poissonnier ou MEC, mais d’autres s’y installent, comme des réparateurs électroniques, l’école de danse, ou bientôt un centre communautaire plus au goût du jour.

Q- En dehors du travail, t’impliques-tu auprès d’organismes communautaires ou d’associations ou as-tu une passion que tu voudrais partager avec nos lecteurs?

R- Depuis cinq ans, je fais partie de la Ligue de Dodgeball de Québec, qui m’a énormément aidé pour mon intégration à Québec, en me permettant de côtoyer des personnes de tout âge et tout horizon, dans un cadre récréatif. C’est le moment de venir essayer durant les soirées libres avant la reprise de la saison en février. Pour plus d’infos, consultez dodgeballquebec.com.

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 3)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Votre Dju-chesse est partie à la rencontre de ses amis vivant et travaillant dans Saint-Roch.
En voici les portraits.

Dominique

Q- Depuis combien de temps habites-tu le quartier Saint-Roch et qu’est-ce qui t’a fait y déménager?

R- J’habite dans Saint-Roch depuis un peu plus de dix ans maintenant. Je vivais à Trois-Rivières quand j’ai obtenu un emploi à Québec et j’ai choisi Saint-Roch dès mon arrivée, ayant trouvé un appartement tout près du bureau! Depuis, j’ai déménagé trois fois, toujours dans Saint-Roch, et nous y sommes maintenant propriétaires.

Q- Ton entreprise/organisme se trouve également dans le quartier Saint-Roch. Pourrais-tu en faire une brève description?

R- Je travaille pour l’Université du Québec, au siège social, qui se trouve juste devant le jardin Jean-Paul-L’Allier (anciennement le jardin Saint-Roch). Nous travaillons pour les dix écoles, universités et instituts qui composent le réseau de l’Université du Québec, dont trois qui se trouvent dans le quartier : l’INRS, l’ENAP et la TELUQ. Dans mon cas, je travaille plus spécifiquement aux projets du réseau des bibliothèques.

Q- Décris-moi une journée type pour toi dans le quartier Saint-Roch, ou des endroits où tu aimes aller ou que tu aimerais faire découvrir à nos lecteurs.

R- Voici une fausse journée typique, recomposée à partir de vraies habitudes : Le matin, après avoir déposé junior à la garderie, je passe me chercher un cappuccino au Nektar avant d’aller au bureau. Le midi, je vais dîner à L’Ascenceur, avant de faire des courses à L’Inventaire, trouver un cadeau pour mon frère qui a tout. Avant de rentrer au bureau, je me ramasse un beigne au Saint-Henri. Ma journée de travail terminée, je passe faire les courses pour le souper : Eumatimi, Fromagerie des Grondines et l’Intermarché.

Q- Que choisirais-tu de changer dans le quartier Saint-Roch?

R- Il faudrait avoir plus de verdure. Par exemple, lors de la rénovation de certaines rues, il faudrait en profiter pour élargir les trottoirs à certains endroits et y mettre des arbres.

Q- En dehors du travail, t’impliques-tu auprès d’organismes communautaires ou d’associations ou as-tu une passion que tu voudrais partager avec nos lecteurs?

R- À l’échelle très locale, je participe à des corvées de nettoyage et d’embellissement du quartier, entre autres celles organisées par Bien Vivre à Saint-Roch. Sinon, avec mon conjoint, nous recueillons des fonds pour l’Hôpital Sainte-Justine, et depuis peu aussi pour le Centre Mère-Enfant du CHUL, lors d’activités où nous nous déguisons en personnages de Star Wars.

SAINT-ROCH, ÇA VIT ET ÇA TRAVAILLE (portrait 2)

À la découverte des habitants et des entreprises du duché de Saint-Roch

Votre Dju-chesse est partie à la rencontre de ses amis vivant et travaillant dans Saint-Roch.
En voici les portraits.

Benjamin

Q- Depuis combien de temps habites-tu le quartier Saint-Roch et qu’est-ce qui t’a fait y déménager?

R- Ça fait maintenant quatre ans que j’habite dans le quartier. J’ai déménagé ici parce que ça correspondait parfaitement à ce que je cherchais : un quartier animé, central et accessible par bus facilement, proche de toute commodité et proche de mon travail.

Q- Ton entreprise/organisme se trouve également dans le quartier Saint-Roch. Pourrais-tu en faire une brève description?

R- Je travaille chez Ubisoft, qui est une entreprise de création de jeux vidéo. Donc concrètement, on part d’une idée, on rassemble des équipes de programmeurs, de designers et d’artistes pour en faire quelque chose de fun.

Q- Décris-moi une journée type pour toi dans le quartier Saint-Roch, ou des endroits où tu aimes aller ou que tu aimerais faire découvrir à nos lecteurs.

R- Je dirais qu’une journée type pour moi ça serait de partir le matin pour travailler. Je sors le midi pour aller me chercher à manger pour le dîner, généralement sur Saint-Joseph, et le soir je passe faire un tour à l’Intermarché pour mon épicerie. De temps en temps, j’arrive à caller un moment de détente avec des amis, que ce soit à la brûlerie ou à La Korrigane, ou encore un burger au Bureau de poste.

Q- Que choisirais-tu de changer dans le quartier Saint-Roch?

R- Il n’y a rien qui me vienne à l’esprit. Depuis le temps que je suis dans ce quartier, je ne pense pas avoir ressenti un manque ou un besoin par rapport à ce à quoi j’avais accès.

Q- En dehors du travail, t’impliques-tu auprès d’organismes communautaires ou d’associations ou as-tu une passion que tu voudrais partager avec nos lecteurs?

R- Une de mes passions est la photographie, et le quartier Saint-Roch est idéal pour ça! Que ce soit pour de l’urbain sur la rue Saint-Joseph et ses alentours, par exemple, ou bien le parc Victoria, qui est un sujet intéressant tout au long de l’année car il donne des sujets différents suivant les saisons.

SAINT-ROCH, ÇA ROCK

À la découverte des soirées Saint-Rochabilly

J’ai commencé le swing il y a environ cinq ans. Le swing, apparu dans les années 20, est une grande famille de danses qui se dansaient sur de la musique jazz. Dans cette famille de danses se trouve le rockabilly jive, danse swing dans laquelle je me suis spécialisée. Elle peut ressembler par certains mouvements au rock et elle se danse sur un rythme rapide et de nombreuses acrobaties sont possibles, ajoutant une touche de WOW à la danse. Des anciens de mon école de danse, la Cité Rockabilly, ont eu l’initiative de créer des soirées de danse jive dans le duché de Saint-Roch, pour mon plus grand plaisir. Ces soirées s’appellent les soirées Saint-Rochabilly et se déroulent un dimanche par mois à L’Anti. Je vous invite à venir y faire un tour pour une soirée dynamique avec de la bonne musique qui vous fera danser à coup sûr! Au plaisir de vous y voir!

Crédit : Sébastien Nadeau

Soirée Saint-Rochabilly, septembre 2016. Crédit : Sébastien Nadeau

Prochaine soirée ce 4 février 2018 à L’Anti.

Voici la vidéo d’un clip auquel j’ai participé comme danseuse pour le groupe The Fat Cats avec mon école, Cité Rockabilly. Saurez-vous me reconnaître? https://www.youtube.com/watch?v=HTm_yJZsNd4&feature=share

Craven

Merci à nos partenaires