Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Saint-Sauveur

Soirée père et fille dans Saint-Sauveur

 

Papa, moi et mon petit « frère » de 6 pi 2 po, à ma collation des grades. juin 2017.

 

Je me trouve très chanceuse de pouvoir avoir une aussi bonne relation avec mon père.  On partage beaucoup de choses en commun, incluant le fait qu’on est très intense sur le plan des émotions. On aime passer du temps ensemble, pour jaser, aller marcher, se rendre des petits services ou s’organiser des activités. J’ai appris avec mon père des valeurs comme la générosité, l’hospitalité, l’authenticité et la simplicité. Ce qui est important, ce sont les expériences et les rencontres; c’est ça qu’on doit mettre en priorité plutôt que les biens matériels.

 

J’ai toujours pu avoir son soutien dans la réalisation de mes projets. Il me faisait confiance, même s’il n’était pas trop certain de comprendre ce que je faisais. À sa façon, mon père m’encourage dans tout ce que j’entreprends, que ce soit dans mes études ou sur le plan professionnel, civique ou artistique. Il est mon fan numéro 1,  je peux compter sur lui pour être présent durant les moments importants. Il me dit souvent qu’il aime ce que j’écris et qu’il est fier de voir comment je m’applique dans tout ce que je fais. 

Lorsque j’ai rempli mon formulaire de candidature, j’ai indiqué qu’un des mes supertalents était ma capacité à exprimer de la gratitude et à livrer des témoignages qui touchent profondément les gens. J’ai découvert que je suis bonne pour dire et écrire des mots qui sont émouvants, et que j’arrive même à faire pleurer les gens, surtout mon père. :)

Je peux déjà dire un gros merci à tout le monde de la Revengeance des duchesses qui m’accompagne dans cette fabuleuse aventure. Mon père est content de voir comment la démarche m’inspire et m’amène à me dépasser.

Tous ensemble, on va passer des moments extraordinaires et vivre de grandes émotions. 


Un des plus beaux moments que j’ai partagés avec mon père dans Saint-Sauveur, c’est lorsqu’on est allés manger chez Le Renard et la chouette en octobre 2017. Ce soir-là, il y avait Gab Paquet qui venait jouer en mode acoustique dans le resto. J’étais devenue une méga fan de Gab Paquet durant l’été et lorsque je lui en avais fait jouer, mon père avait eu l’air d’apprécier. Je lui avais parlé de l’ambiance de fou durant son concert à l’Espace Parvis et lui avais dit que ce serait vraiment génial qu’il le voie sur scène. Même si je pense que mon père n’avait pas tout à fait bien écouté les chansons, il me faisait confiance pour organiser la sortie. Je l’ai averti que ce serait un spectacle unique en son genre, avec des moments surréalistes, étonnants et intenses. 

L’excellent album Santa Barbara, de Gab Paquet.
https://gabpaquet.bandcamp.com

Après que nous avons commandé nos plats, le concert a commencé tranquillement avec la chanson Santa Barbara. Pendant le souper, mon père m’a lancé quelques fois des regards de « what the fuck, ma grande » en réaction à certaines chansons de mon chanteur kétaine préféré. On s’est amusés, et il a été étonné par la performance acoustique de Gab et l’enthousiasme de la foule. Nous avons adoré notre repas, et nous avons bien rigolé en écoutant les paroles. Enfin, il s’est laissé attendrir par la douceur de la chanson Papa, maman, bébé, amour.

https://www.youtube.com/watch?v=iZfZbt6hhS8&list=PL2yIoJkX3401x1cCXBrLxESp5nlbpQ-nu

Le moment le plus beau et le plus émouvant pour moi est arrivé à la fin du repas. Sur la petite scène du restaurant, Gab Paquet s’est mis à chanter une reprise de « Quand on est en amour », de Patrick Norman. Durant ces quelques minutes de grâce, j’ai vu mon père joindre sa voix à celle de Gab et chanter les paroles de la chanson avec un petit trémolo d’émotion. C’était une expérience magnifique, c’était tellement touchant.

♪ Quand on est en amour ♪

Si tu crois que l’amour t’a laissé tomber une autre fois
Et tu vois que tout ton univers s’écroule autour de toi
N’oublie pas vient toujours le soleil après les jours de
pluie
Ouvre grand ton cœur ne cherche pas ailleurs écoute ce
qu’il te dit

Ne laisse pas passer la chance d’être aimé
Le cœur devient moins lourd
Quand on est en amour

Si un jour tu sens que dans ta vie plus rien ne
t’appartient
En bohème tu erres dans la nuit apaisant ton chagrin
Souviens-toi qu’il y a toujours quelqu’un qui n’attend que
ta main
Ouvre grand ton cœur ne cherche pas ailleurs écoute ce
qu’il te dit

Ne laisse pas passer la chance d’être aimé
Le cœur devient moins lourd
Quand on est en amour

Mais la vie parfois nous fait l’esclave de nos souvenirs
Entre nous qu’importe le passé il y a l’avenir
C’est pourquoi tu te dois de remettre l’amour dans ton lit
Ouvre grand ton cœur ne cherche pas ailleurs écoute ce
qu’il te dit

Ne laisse pas passer la chance d’être aimé
Le cœur devient moins lourd
Quand on est en amour

Ne laisse pas passer la chance d’être aimé
Le cœur devient moins lourd
Quand on est en amour

Ne laisse pas passer la chance d’être aimé
Le cœur devient moins lourd
Quand on est en amour

À la fin de la chanson, mon père m’a remerciée en me serrant dans ses bras. Quelle belle soirée!

Merci papa

#lavilleestànous

La Tour du Mordor

Le ministère de l’Éducation t’observe, le jeune.

En attendant l’érection (hehe, pas mature) du Phare, une autre tour domine le paysage urbain de la ville de Québec depuis des décennies. Quand on est en Basse-Ville, l’immense complexe Marie-Guyart n’échappe pas à notre regard. En tout temps, tout en haut de la Tour, des lumières rouges clignotent au bout des antennes.

Si on a un peu trop d’imagination comme moi, on peut y trouver une certaine ressemblance avec la Tour du Mordor et le regard omniscient de Sauron. Isolée dans l’espace, la tour dégage quelque chose de dominant, d’intimidant et tu te sens un peu observé ou surveillé. Étudiante, ça me donnait l’impression que le ministère de l’Éducation nous tenait à l’œil.

En tout cas, c’est mon étrange observation… Et vous, quels cauchemars vous inspirent le Phare?

Tant qu’à lancer un débat : quels sont les autres tours et bâtiments laids et terrifiants qui sont apparus à Québec depuis 10 ans?

#lavilleestànous!

Introduction au concept de GPS

Depuis que je suis arrivée dans Saint-Sauveur, j’ai développé une relation au territoire plutôt originale. Ma géographie mentale se construit au fil de mes promenades, de mes rencontres et de mes expériences. Le langage évolue avec notre nouvelle conception de l’espace, les lieux changent de nom et on se fait de nouveaux points de repère au passage.

La grande traversée. Photo : Myriam, duchesse de Saint-Sauveur

En bonne amatrice de choses vintage et de vieilles affaires, j’ai développé le concept de GPS, qui est très utile pour amorcer une conversation intéressante sur le quartier. 

GPS, c’est pour Géolocalisation paroissiale sympathique. 

Le principe est simple, je demande aux gens : « Dans quelle paroisse vous habitez? »

Faites un essai, vous verrez que c’est un excellent moyen de briser la glace pour tisser des liens avec les gens du quartier. Cette question fait sourire les anciens et déconcerte parfois les nouveaux venus. J’aime tellement voir la réaction des gens à ce moment-là. Les vieux résidents se sentent interpellés, c’est émouvant de les voir partager leurs souvenirs. Plusieurs églises sont disparues en basse-ville dans les dernières années et les jeunes n’ont pas toujours conscience du rôle de ces bâtiments dans la dynamique et l’identité du quartier.

Saint-Sauveur, avec son clocher. Photo : Myriam, duchesse de Saint-Sauveur

Ça donne une perspective nouvelle sur notre milieu de vie et son histoire. Pour moi, cette expression permet d’amorcer une conversation sur le sentiment d’appartenance que nous avons envers notre quartier. En changeant de vocabulaire, on s’oriente dans la ville avec des repères différents, qui sont un peu plus intéressants que la simple signalisation routière.

Avec le temps, on développe des souvenirs, des relations, des connaissances sur les gens, les événements et les lieux qui nous entourent. On voit les choses évoluer, changer et se transformer, pour le meilleur et pour le pire si on connaît un peu l’histoire de Saint-Sauveur.

Adieu le Red Lounge, bonjour le Diner.  Ce bâtiment est un bon exemple de transition de l’identité d’un lieu en tant que point de repère important dans le paysage urbain. Il y a l’avant et l’après d’un espace qui restent associés dans notre mémoire. Par habitude, on conserve parfois dans l’usage l’ancien nom quand c’est une institution importante : pour moi, le Cercle restera le Cercle, l’ancien local du MEC sera encore le MEC, mais mon cerveau commence à se faire à l’idée du Diner. Photo : Myriam, duchesse de Saint-Sauveur

Sans nécessairement tomber dans la nostalgie, le patrimoine nous parle et nous rassemble. Que l’on soit croyant ou pas, on peut apprécier la beauté des bâtiments, ainsi que le rôle des îlots paroissiaux dans l’animation du voisinage et de la vie de quartier. C’est souvent là, tout près de l’église et de son presbytère, qu’on retrouve l’école, la caisse populaire, le parc, les petits commerces et le centre communautaire.

Que ce soit dans les clochers d’églises, la toponymie, l’architecture bricoleuse, la « parlure » populaire, le paysage des rues remplies de poteaux ou les fêtes de quartier, la culture s’expose dans la vie quotidienne. À travers les rencontres et les échanges, la culture peut nous aider à se trouver une place dans cette étonnante communauté. 

Je pense à cet octogénaire qui discutait avec une vieille connaissance alors que j’attendais l’autobus devant le collège Aviron :

« J’aime bien ça faire ma p’tite marche jusqu’ici, pis la bus, le trajet me laisse juste en face de chez moi sur Sainte-Thérèse. »

Comme ethnologue, le passé, l’histoire et le patrimoine, ça me parle. J’aime l’idée de perpétuer l’esprit du lieu et de transmettre un peu de sa mémoire à mon tour. Ça me plaît bien d’appeler Raoul-Jobin avec son ancien nom : la rue Sainte-Thérèse.

Tenir debout. Photo : Myriam, duchesse de Saint-Sauveur

Prendre racine dans un quartier, c’est un peu ça : on s’adopte, on s’adapte.

L’histoire n’a pas toujours été tendre envers Saint-Sauveur et ça reste encore difficile pour beaucoup de gens de passer par-dessus sa mauvaise réputation. Faut pas toujours se fier aux apparences et remettre en question nos préjugés. Avec un peu de curiosité et d’ouverture d’esprit, la beauté se révèle sous d’autres formes pour ceux qui savent observer. Ça prend un peu de temps et d’exploration, mais aussi de la patience et de la tolérance pour apprivoiser le paysage, la culture et la communauté. On découvre qu’il y a des trésors partout, dans le patrimoine, les rues et les gens. On s’attache assurément.

À pied, la vie va à notre rencontre alors que les gens se croisent sur Saint-Vallier. Photo : Myriam, duchesse de Saint-Sauveur

Jouer au Carnaval

Ariane Lessard, duchesse de Saint-Sauveur 2014

Je me souviens encore de la fois que j’ai assommé Sophie Lou Limoilou
J’y pense souvent
Je me sens mal parce que c’était une fille que j’aimais beaucoup, mais de manière timide, intimidée
Je me rappelle que sa mère était vraiment fâchée contre moi
Parce que j’avais voulu performer la fille qui est frue de pas gagner
La fille qui est bitch et qui n’aime pas les autres filles
Mais c’était pas moi cette fille
Je ne voulais pas être ça, mais je voulais avoir le droit de le performer, de montrer que ça existait, avec humour, sarcasme

Il y a beaucoup de ça dans le carnaval
Des rôles, des costumes, de l’outrance
J’ai aussi joué à être une poétesse de l’ombre de Saint-Sauveur, une duchesse russe du froid nordique, une amatrice de one-piece en coton ouaté qui montre ses boules,
À ce moment-là j’incarnais une saltimbanque du déguisement
Il faut savoir que si les filles grimacent autant, c’est parce que l’événement permet une expiation
Il permet à un groupe de filles, femmes, personnes qui s’identifient à, de vivre un carnaval à leur manière, sous le regard attentif et festif des habitants qui font vraiment vivre Québec de l’intérieur, les mêmes qui vivent terrés dans les divers quartiers de la vieille capitale et des alentours, qui ne votent pas pour la CAQ et qui aspirent à plus qu’un stade de hockey vide

Je me souviens de ma rencontre avec le maire le nombre de blagues sexistes qui peuvent être drôles vu qu’on est des filles intelligentes qui ne trouvent pas ça drôle d’habitude han
Le même maire qui fait revenir les anciennes duchesses et qui d’un coup, arrête de financer celles qui vivent en partie en bas de la côte

C’est primordial la folie dans le carnaval, c’est important d’aller voir jusqu’où on peut aller, poser des questions, frôler l’irrévérence, s’affirmer dans l’art, profiter de tout ce que ça donne, de se faire lire, de se faire voir

Pour les provocatrices comme moi, c’est un bel espace
Des chambres à soi mélangées en maison
Maison close de filles, je dis filles, mais je pourrais dire encore femmes, mais dans filles je reconnais plus de loisirs, mais c’est pas important

Une belle trâlée de filles qui se connaissent, se comprennent, tissent des liens, veulent s’impressionner entre elles, s’impressionnent, s’intéressent, se la jouent

Saint-Roch pis Vanier vous étiez mes sœurs même si Saint-Roch était fucking jeune
J’en revenais pas de la qualité de ces êtres

Ce qu’il y a de bien à Québec, c’est le réel microcosme d’artistes qui se savent exister qui donnent de l’espoir peut-être pis des coups comme aux dernières élections quelque chose comme une communauté

À Montréal, y’a trop de monde pour que tu saches que ce que tu fais est important, connu, reconnu la vie se passe surtout sur les réseaux sociaux pour une exilée comme moi parce que le milieu littéraire montréalais est intimidant tu sais pas trop comment parler au monde sans avoir l’air d’une fille qui veut de la visibilité alors que tu veux plutôt des nouveaux amis dans le domaine de l’art, mais genre n’importe quel art pour retrouver l’atmosphère qui avait à Québec, du monde qui se parlent se rencontrent souvent dans les espaces qui portent à se rencontrer,
mais c’est peut-être aussi parce que je sors pu pis que je bois moins, peut-être que c’était Québec qui m’aidait peut-être que c’était l’alcool

Le port du nom de duchesse est éphémère sur les médias sociaux
Mais il reste gravé dans le cœur

On ne naît pas toutes duchesses
Mais on en a besoin

Lancement de la Revengeance 2014. Photo : Cathy Lessard Photographe

Soirée bières et conférence

En association avec la Revengeance des duchesses, le Conseil de quartier Saint-Sauveur et le Griendel vous présentent une conférence sur l’histoire et les traditions du Carnaval de Québec dans le quartier Saint-Sauveur.

Notre conférencier, M. Réjean Lemoine, nous présentera l’histoire du Carnaval à Québec et discutera plus précisément des traditions carnavalesques dans le quartier Saint-Sauveur.

Quand : Mardi 12 février 2019, 20 h
Lieu : Le Griendel (195, rue Saint-Vallier Ouest)

Couronnement de la reine 2019

Parce que toute bonne chose a une fin!

Qui, de Joëlle, Andréanne Virgule duchesse, Mélissa, Fre, Hélène de Saint-Jambe, Andréanne Fémini-Bof et Myriam sera couronnée reine de la 10e Revengeance des duchesses? C’est un rendez-vous!

Quand : vendredi 15 février 2019 à 19 h
Où : Brasserie artisanale La Korrigane (380, rue Dorchester)
Gratuit
Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1992955781000840/

Tournée des Grandes duchesses

Les duchesses de la 10e édition de la Revengeance des duchesses vous invite à prendre un verre! Attrapez la tournée dans votre quartier!

Saint-Roch | La Korrigane : 19 h
Limoilou | Le Bal du Lézard : 20 h
Saint-Sauveur | Le Griendel : 21 h
Montcalm | Jules et Jim : 22 h
Saint-Jean-Baptiste | La Ninkasi : 23 h

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1665359680231933/

Lancement de la 10e Revengeance

Venez célébrer avec vos duchesses lors du coup d’envoi de la 10e édition de la Revengeance des duchesses! Des numéros spectaculaires, des rencontres extraordinaires, du plaisir à profusion! En plus, le groupe Melvis and the Jive Cats vous invite à rester après la cérémonie pour continuer le party! À ne pas manquer!

Quand : Vendredi 1er février 2019, 18 h (ouverture des portes à 17h)
Lieu : Le D’Auteuil (228, rue Saint-Joseph Est)
Gratuit
Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/537491640104246/

Merci à nos partenaires