Contactez-nous instagram twitter facebook courriel
La revengeance des duchesses

Vieux-Limoilou, je t’embourgeoise

J’ai fait des études en travail social et je travaille avec les personnes défavorisées. Je me plais très bien à dénoncer la gentrification qui s’effectue dans nos quartiers centraux de la ville de Québec. Des heures à en discuter entre ami∙e∙s, tous∙tes issu∙e∙s des mêmes études et de la même classe que moi, ou presque. Je m’offusque qu’on tasse plus loin, comme des vidanges, les gens vivant de la pauvreté, entre autres parce que j’en vois directement les conséquences dans mon métier. On ne leur laisse plus le choix que de quitter vers d’autres quartiers sans ressources, où survivre est d’autant plus difficile. Je suis la première personne à pointer du doigt le nouveau resto chic et le café trop cher qui s’installe dans mon quartier et qui invisibilise davantage la pauvreté qui est vécue au même endroit.

Je pointe du doigt ce café, mais j’aime quand même m’y rendre pour travailler un peu autour de ma boisson chaude que j’ai payée 6 $. Je me suis quand même installé dans un super appartement, à côté de mes voisins qui semblent avoir le 3 et demi le plus crasse du quartier. Je suis maintenant fièrement résident∙e du Vieux-Limoilou, avec toutes mes capacités et ressources qui clashent complètement avec cet environnement qui était tout à fait autre chose il y a seulement cinq ans. Je fais mon jardin sur mon balcon, avec des bacs magnifiques dont je prends soin, et, en arrosant mes légumes, je vois une femme fouiller dans mes poubelles pour trouver des canettes. Je me plais à aller voir un spectacle avec toutes les autres personnes de mon âge et les nouvelles familles à la place Limouloise. Je profite de la vie de quartier haute en couleur et j’oublie durant cet instant toutes les personnes que je mets à la porte au même moment.

Je suis probablement la bourgeoisie-bohème dont j’aime tant me moquer. Je ne suis que contradiction. J’adore mon quartier dans toute sa splendeur, mais j’aimerais que mes voisin∙e∙s fréquentant les banques alimentaires l’aiment autant que moi. Vieux-Limoilou, je t’embourgeoise et je me sens mal.

Photo où on voit dans le bas une série d'immeubles du Vieux-Limoilou, et dans le haut un ciel de jour partiellement nuageux

Photo : Fre

Merci à nos partenaires